Votre France Info, France info

Perrineau : "Le dépassement du clivage gauche-droite" dans les petites communes

DECRYPTAGE | AU lendemain du premier tour des municipales, focus sur les petites communes, les plus nombreuses, celles de moins de 3.500 habitants, avec Pascal Perrineau, le directeur du centre de rechercher politique de Sciences Po, le Cevipof.

(©)

Pascal
Perrineau avait publié, en début d'année, La France au Front chez
Fayard. Il avait donc annoncé cette poussée et il l'explique "Par une série de conjonctures qui poussent dans le même sens ". Il comptabilise ainsi une conjoncture politique et "Sa petite musique des affaires et des mensonges " et la crise économique et sociale. "Le Front national fait de très bons scores dans les zones sinistrées ".

CARTE INTERACTIVE ►►► Retrouvez les résultats des municipales dans toutes les communes de France via notre moteur de rechercheen cliquant ici.

Les communes qui
comptent moins de 3.500 habitants représentent 90% du nombre de communes en France. "Elles rassemblent un gros tiers de la population française" .
Pour ces communes, les règles de scrutin ont changé. "Dans les communes
de moins de 3.500 habitants, il y avait un système sans liste qui donnait une souplesse
à la vie politique des petites communes. La majorité a fait baisser ce seuil à
1.000 et seules les communes de plus de 1.000 habitants doivent faire respecter
la parité."  

Mais, pour Pascal Perrineau, cela a politisé de
manière excessive les élections municipales. En ce qui concerne la nuance
politique, "Cette démarche de taxinomie rencontre des limites parce que
la réalité de ces petites communes, c'est le dépassement du clivage
gauche-droite".

"Les Français ne savent plus qui fait quoi ! "

Le directeur du
Cevipof répond aussi sur la réduction du nombre de communes, l'intercommunalité
et sur le rôle du marie. "Il représente l'Etat et ce n'est pas
négligeable. Il organise le vote. Il fait voter le budget communal, gère les
biens de la commune et fixe (en partie) le montant des impôts locaux..."
 

Entre ces deux échelons, communal et intercommunal, la France devra choisir un
jour. Pascal Perrineau confirme que "Les Français ne savent plus qui
fait quoi !
" Il donne ainsi l'exemple des routes qui sont gérées par
les villes, les départements... " Il faut clarifier la répartition des
compétences
", selon lui. Pascal Perrineau  estime alors que l'avenir sera aux systèmes
intercommunaux et aux grandes régions.

(©)