Visite privée, France info

Le Mont Saint Michel sans voitures

Une étape décisive pour le réaménagement du Mont Saint Michel va être franchie demain 28 avril. Les parkings situés au pied du célèbre rocher et qui défiguraient le site vont être définitivement fermés.

(©)

Ces parkings qui accueillaient jusqu'à 5000 véhicules par jour en haute saison sont remplacés par un nouveau parc de stationnement situé à 2,5 kms du site. Mais les conditions d'acheminement depuis ce parking font l'objet de vives critiques. Les touristes comme ceux qui vivent ou travaillent sur le Mont vont devoir parcourir au minimum 800 m à pied pour rejoindre le point de départ des navettes qui les conduiront au Mont. Par ailleurs, la mise en service des navettes connaît quelques ratés. Veolia Transport qui a obtenu la délégation de service public en 2009 n'est pas en mesure pour l'instant de fournir le matériel prévu.  Il est donc remplacé pour partie par de classiques autobus.

Cette
fermeture des anciens parkings n’est qu’une des étapes dans le rétablissement
du caractère maritime du Mont Saint Michel. Ce grand projet lancé en 1995 devrait aboutir si tout va bien en 2014. L’idée
est que le Mont Saint Michel puisse être de nouveau entouré par la mer.Pour
cela de gros travaux ont été engagés depuis 2005, notamment la construction
d’un barrage sur la rivière Le Couënon . Dans quelque temps, la digue route construite
en 1880 va aussi être détruite. Le
retour de l’eau au pied du Mont va avoir des conséquences sur le patrimoine. Les remparts, classés Monuments historiques, risquaient d'être fragilisés. Des travaux
ont donc été entrepris pour les consolider. Dans
le cadre du projet de réaménagement du Mont, un nouveau sujet d’inquiétude est
apparu. La
hauteur du terre plein qui sera construit à la sortie du rocher et sur lequel
sera posé dans deux ans le pont passerelle assurant la liaison avec le
continent provoque la colère des défenseurs du patrimoine. L’état, en l’occurrence
le ministère de l’intérieur,  exige que cet
ouvrage en béton d’une surface d’environ 3
hectares atteigne 7m30 de haut, ce qui le rendrait quasiment insubmersible. Le
syndicat mixte souhaite lui que l’on ne dépasse pas 6m80 pour ne pas enlaidir le site. Mais pour l'instant, l'état, maintient son choix, ce qui rend furieux les défenseurs du patrimoine et du Mont Saint Michel.

(©)