Une journée mondiale, France info

Une journée mondiale des amoureux : en Asie, entre traditions et frénésie de la consommation

Tout l'été, franceinfo et la Rédaction internationale de Radio France vous font découvrir une journée mondiale. Une cause, un animal, une pratique à travers le monde... Mardi, on fête les amoureux en Asie. Une journée régionale qui a lieu le septième jour du septième mois de l'année.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un couple participe à un concours de baiser lors du festival Qixi, célébrant les amoureux lors du septième jour du septième mois lunaire.
Un couple participe à un concours de baiser lors du festival Qixi, célébrant les amoureux lors du septième jour du septième mois lunaire. (STR / AFP)

Cette journée trouve sa source dans une légende chinoise du VIIIe siècle. Selon l’une de ses nombreuses variantes, la déesse tisserande Zhinü et un simple mortel, gardien de troupeau, s’aiment passionnément. Pour les punir, les dieux les séparent en créant une immense rivière infranchissable. Les deux amants ne peuvent se retrouver qu’une fois par an, au septième jour du septième mois.

En Asie, où l’on croit à la perpétuation de l’âme, le 7 juillet (ou le 7 août si l’on suit le calendrier lunaire) célèbre tout autant les retrouvailles de l’amour que les mystères des constellations. La déesse et le mortel s’incarnent dans deux étoiles particulièrement brillantes : Vega et Altaïr, situées de part et d’autre de la voie lactée.

Mais ce folklore est devenu prétexte à une véritable frénésie de consommation. En Chine, on fête Qixi, l’équivalent de la Saint-Valentin : les grandes marques multiplient les soldes, les centres commerciaux organisent des concours et les parcs d’attraction des speed datings pour les célibataires, voire des mariages collectifs.

Une surenchère destinée en réalité à redorer le blason des fêtes nationales et à contrer l’occidentalisation de la société, régulièrement dénoncée par Xi Jinping et le Parti communiste. Mieux vaut poser en costume traditionnel et manger des gâteaux de lune que s’offrir une rose et un dîner aux chandelles... En mai dernier, l’un des responsables du parti expliquait que la Chine était "le" modèle de "développement innovant du marxisme mondial".

Au Japon, le jour des vœux

Au Japon, ce septième jour du septième mois a pour nom Tanabata, le jour où vos souhaits sont exaucés.

Chacun peut écrire son vœu sur une longue bande de papier coloré et l’accrocher à de grandes branches de bambou. Les rues sont remplies de ces banderoles multicolores, les familles viennent assister à des parades, des spectacles de danse et des concerts.

Coronavirus : des festivités réduites

Cette année, en raison du coronavirus, les festivals les plus importants comme ceux de Sendai ou Ota ont été annulés. Mais les quartiers ou les écoles maintiennent la tradition car les Japonais pratiquent avec ferveur le rituel du vœu aux moments importants de leur vie : à l’occasion de Tanabata, mais aussi dans les sanctuaires bouddhistes.

Cette fois-ci, beaucoup ont écrit aujourd’hui leur désir d’en finir avec la pandémie de coronavirus, alors que le pays, qui compte moins de 1 000 morts, se prépare à faire face à une deuxième vague.

Un couple participe à un concours de baiser lors du festival Qixi, célébrant les amoureux lors du septième jour du septième mois lunaire.
Un couple participe à un concours de baiser lors du festival Qixi, célébrant les amoureux lors du septième jour du septième mois lunaire. (STR / AFP)