Un monde d'idées, France info

Jean Pisani-Ferry : "Notre modèle social n'est pas efficace"

Jean Pisani-Ferry, économiste, commissaire général à la Stratégie et à la Perspective, s'est vu confié par le gouvernement la délicate mission de réfléchir à ce que sera la France en 2025. Il lui a été demandé de réfléchir à cinq dossiers : évolution économique, évolution de notre système social, problèmes liés à la transition énergétique, les mutations de la société et l'Europe.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Le monde étant en constante évolution, il n'est pas évident
de prédire ce qu'il sera dix ans plus tard. "On ne prévoit pas à l'horizon
2025,
" explique Jean Pisani-Ferry. "Ce que l'on peut faire c'est
déceler un certain nombre de tendances et miser sur celles qui semblent
suffisamment lourdes pour ne pas être mise en cause. Parmi les tendances il y a
tout ce qui tient à la démographie, l'international, la technologie.
"

L'économie

L'économie française semble avoir plus de mal à trouver sa
place dans la mondialisation. "Le monde bouge à très grande vitesse et la
crise de 2008 a
été un accélérateur. Ce que l'on voit aujourd'hui, c'est ce que l'on anticipait
pour dans 15 ans en 2008. Par rapport à cela, la question est de savoir comment
trouver sa place.
"

"Avant 2008, on avait un monde de consommateurs
américains qui s'endettaient pour consommer et des producteurs chinois qui
produisaient sans beaucoup consommer,
" explique Jean Pisani-Ferry. "Aujourd'hui,
le monde est de plus en plus consommateur dans les pays émergents et les pays
avancés sont obligés de se réinventer comme producteur.
"

Le modèle français

Le modèle français élaboré durant les 30 glorieuses ne
fonctionne plus correctement, estime Jean Pisani-Ferry. "On a laissé
augmenter des inégalités d'accès à l'éducation, à l'emploi, au logement. Nous
sommes l'un des plus mauvais pour la capacité de l'école de corriger les effets
de l'origine familiale.
"

"La France consacre des moyens importants à l'Education
nationale. On a mis beaucoup de moyens sur le collège et le lycée mais très peu
sur l'école primaire. Or, l'échec scolaire se joue dès l'école primaire. Donc,
il faut savoir quels efforts on fait en primaire par rapport au secondaire.
"

"Du point du vu du modèle social, c'est l'Europe qui
est une singularité. Les européens souhaitent conserver leur modèle social,
mais il faut qu'il soit efficace. Notre modèle n'est pas efficace.
"

(©)