Un monde d'idées, France info

Dominique Méda : "La croissance n'est plus la solution"

Alors que les pays occidentaux font face à une crise économique d'une extrême gravité, nombreux sont les responsables à n'attendre que le salut du seul retour de la croissance. Le point de vue de Dominique Méda, philosophe, énarque, professeure de sociologie à l'Université Paris Dauphine, auteure de La mystique de la croissance, comment s'en libérer, chez Flammarion.

(©)

Pourtant, si elle revenait, elle contribuerait à aggraver la
menace écologique à laquelle le monde est confronté. Comment sortir de cette
contradiction : en comprenant d'abord pourquoi nous sommes devenus des
sociétés fondées sur la croissance, en remettant en question nos indicateurs
économiques tel le PIB enfin en mettant au cœur de l'action publique ce qui
compte pour inscrire nos sociétés dans la durée.

"A très court terme, il est possible que le salut vienne
de la croissance, mais on n'est plongé dans une très profonde contradiction
dans nos sociétés. D'un côté, on a besoin de croissance pour sortir de la grave
crise économique et sociale dans laquelle on se trouve, mais en même temps la
croissance entraîne des dégâts, des maux
", explique Dominique Méda.

"On doit changer de régime, rentrer dans un régime
au-delà de la croissance et prendre en considération les coûts sociaux et
environnementaux produits par la croissance.
"

Un discours de riche

Cette réflexion autour de la limitation de la croissance est
discours de riches, estiment les pays émergents. "La question centrale
est de savoir comment cette réduction de 85% des émissions de gaz à effets de
serre d'ici à 2050, réclamée par le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), va être répartie entre les différents
pays mondiaux.
"

"Il faudrait que les pays les plus développés ralentissent,
adoptent dès maintenant un autre rythme de croissance pendant que les pays les
moins développés les rattrapent pour que l'on arrive à une sorte d'égalisation. C'est
utopique, mais c'est là qu'il nous faut aller,
" estime Dominique Méda.

(©)