Cet article date de plus de huit ans.

Daniel Picouly s'interroge sur les réels bienfaits de la mixité

écouter
En 1995, le Champ de Personne apporte à Daniel Picouly une célébrité qui ne se démentira jamais. Onzième d'une famille de 13 enfants, il a grandi à Villemomble et fut pendant 20 ans professeur en Lycée. Il publie : L'école des filles, l'école des garçons, ed Hoëbeke.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

L'École de Jules Ferry "libre, gratuite, obligatoire
et  pour tous
" a été aussi jusque dans les années 1970 (mixité
généralisée seulement en 1975), une machine à faire la distinction entre les
sexes. C'est ce que montre Daniel Picouly dans cet album illustré par les
affiches scolaires destinées aux classes de fin d'études, de transition,
d'enseignement ménager ou de technologie, témoignent que l'école n'a pas été
pionnière en matière d'égalité sexuelle ; on peut même dire à regarder
certaines de ces planches que l'on affichait sur les murs de la classe,
qu'elles font preuve par moment d'un sexisme ordinaire qui contribuait à enfermer
les garçons et les filles dans un rôle prédéterminé et diffusaient
imperturbablement une image dévaluée de la femme.

En même temps, comme l'explique Daniel Picouly cet
enseignement a formé celles qui vont devenir féministe. Il portait donc en lui
le ferment de la modernité qui allait l'abattre.

Quarante ans après, Daniel Picouly qui a vécu en classe de
seconde la révolution de la mixité se penche avec nostalgie et humour sur cette
période. Compte tenu de la différence de maturité des filles et des garçons à
l'adolescence, il s'interroge sur les réels bienfaits de la mixité.

Les livres de Daniel Picouly chez Hoëbeke :

Nos Géographies de France, Nos Histoires de France et L'école des filles,
l'école des garçons
.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.