Un monde d'avance, France info

Le conglomérat familial de Donald Trump sur le point d'être inculpé de fraude fiscale

Les procureurs de New York s’apprêtent à officialiser leurs poursuites contre le groupe financier de l'ancien président, soupçonné de fraude fiscale et de fraude aux assurances.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La tour Trump à New York aux Etats-Unis héberge les bureaux de la Trump Organization. 
La tour Trump à New York aux Etats-Unis héberge les bureaux de la Trump Organization.  (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La Trump Organization et son directeur financier, Allen Weisselberg, un proche de l’ancien président sont sur la sellette. Les grands titres de la presse américaine sont catégoriques : l’inculpation a déjà eu lieu et elle sera rendue publique ce jeudi 1er juillet dans l'après-midi à New-York. Les avocats du conglomérat avaient jusqu’au lundi 28 juin pour dissuader la justice de passer à l’acte. Ils n’y sont pas parvenus.

Les procureurs Vance et James ont épluché huit années de déclaration fiscale de la holding familiale de Donald Trump et leurs soupçons de fraude fiscale et de fraude aux assurances ont été visiblement confortés. Ils portent notamment sur la sous-estimation ou la non-déclaration d’avantages en nature : utilisation à des fins privées d’appartements ou de voitures de l’organisation, prise en charge de frais de scolarité personnels, etc... L’inculpation va donc concerner à la fois la Trump Organization en tant qu’entité morale, et Allen Weisselberg en tant que personne individuelle : il était l’homme qui avait accès à tous les comptes.  

Une holding de famille

La Trump Organization est le groupe familial de Donald Trump, fondé en 1971 et aujourd’hui dirigé officiellement par ses deux fils, Eric et Donald Jr. C’est une holding qui détient tout un tas de propriétés immobilières, dont la célèbre Trump Tower à New York et d’autres immeubles, à Las Vegas, en Floride, et aussi à l’étranger, en Inde, en Turquie ou encore aux Philippines.

La firme possède également des hôtels, des résidences de tourisme de luxe, des terrains de golf, du vignoble mais aussi des licences de jeux télévisés ou vidéo. Il suffit d’aller sur le site trump.com pour trouver le détail. La valorisation totale du groupe est difficile à évaluer, mais elle se compte certainement en centaines de millions de dollars. La firme a déjà connu de gros soucis financiers dans les années 90 : elle a été au bord de la faillite et Donald Trump avait dû vendre de nombreux actifs pour sauver le groupe.  

"Batman" Trump et "Robin" Weisselberg

Donald Trump n'est sans doute pas personnellement menacé, en tout cas pour l’instant. Les avocats de la holding se disent persuadés qu’il ne sera pas inculpé à ce stade. Mais Donald Trump le sera peut-être dans un second temps. Les procureurs ont sans doute du mal à croire qu’il n’était pas au courant des opérations financières et fiscales de sa propre organisation.

Les médias américains pensent que l’inculpation du directeur financier Allen Weisselberg vise à lui soutirer des informations sur son patron. L’ex belle fille de Weisselberg, qui a aidé les enquêteurs, affirme que les deux hommes partageaient tout comme "Batman et Robin". L’un des soupçons principaux porte sur l’utilisation de fonds de la holding pour acheter le silence de prostituées impliquées dans de potentiels scandales sexuels avec l’ancien président. Donald Trump, fidèle à sa ligne de conduite, crie évidemment à la manipulation par des "procureurs gauchistes". Il a publié mercredi 30 juin au soir un communiqué où il dénonce, une nouvelle fois, "être victime de la plus grande chasse aux sorcières de tous les temps". Mais il a beau dire, cette affaire est embarrassante alors que l’ancien président évoque déjà une nouvelle candidature à la Maison-Blanche dans trois ans.  

La tour Trump à New York aux Etats-Unis héberge les bureaux de la Trump Organization. 
La tour Trump à New York aux Etats-Unis héberge les bureaux de la Trump Organization.  (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)