États-Unis : le climat joue au yo-yo dans le Colorado

écouter (3min)

Dans cet État du centre ouest des États-Unis la température a, vendredi, chuté de 30 degrés en quelques heures, provoquant coupures de courant et  perturbations aériennes.  

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une chute brutale des températures a été enregistrée à Denver, vendredi 20 mai 2022 (Illustration)  (BRAD MCGINLEY PHOTOGRAPHY / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Les habitants de l'État du Colorado sont passés, vendredi 20 mai, de l'été à l'hiver en 24h. Dans cet État du centre ouest des États-Unis le paysage varie entre grandes plaines, montagnes rocheuses, canyons et déserts arides. Il y a aussi des grandes villes comme Denver, capitale de l'État. En fin de semaine dernière donc, c'était l'été : 30 degrés ! Une chaleur lourde, la pluie qui manque et puis tout d'un coup, un véritable basculement.

Dans la région de Denver, marquée jusque-là par la sécheresse et le risque incendie, en une journée, chute brutale de 30 degrés à zéro degré. C'est l'hiver ! La neige tombe abondamment, jusqu'à 50 centimètres dans certaines zones. Les feuilles des arbres, qui avaient bien poussé, sont recouvertes de neige. Des branches cèdent. Des lignes électriques lâchent. Résultat : 100 000 personnes sont plongées dans le noir. L'aéroport international de Denver est perturbé avec retards et annulations de vols. Les habitants publient à tour de bras photos et vidéos du phénomène sur les réseaux sociaux. Au final pas de blessé et une neige qui a fondu rapidement.      

"Une météo imprévisible"

De la neige dans le Colorado, en mai, cela arrive. Cette partie des États-Unis peut connaitre des variations climatiques brutales. D'ailleurs, un article du journal le Denver Post commence ainsi : "La météo du Colorado est connue pour être imprévisible, et cette  tempête de neige du mois de mai n'en est que le dernier exemple." Comme si c'était impressionnant certes, mais pas exceptionnel. Mais quand même, les derniers flocons de neige sont plutôt attendus en général fin avril. Cette tempête, est bien selon des météorologues américains, la neuvième plus tardive jamais enregistrée. Un phénomène rare donc.  

Est-ce que le dérèglement climatique est directement responsable ? Ou au moins en partie ? Ce n'est pas aberrant de le penser même si c'est compliqué de l'affirmer en tant que tel, répondent plusieurs météorologues. Il faudrait pour en être sûr, comme pour chaque catastrophe climatique, se lancer dans de longs calculs. Ce que l'on peut dire, si l'on reste prudent, c'est que d'après les travaux du GIEC, les chutes de neige doivent baisser en moyenne dans l'hémisphère Nord, selon un scientifique qui suit ces questions de près. Mais les chutes extrêmes, brutales, elles, vont augmenter. Rien d'illogique donc et rien de contradictoire avec ce qui vient de se passer dans le Colorado.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.