Chine : le nouvel homme le plus riche d'Asie a fait fortune avec l'eau minérale et les tests Covid

écouter (3min)

Vous ne connaissez sans doute pas Zhong Shanshan. C’est pourtant, si l’on en croit les nouvelles listes officielles des milliardaires, l’homme le plus riche d’Asie. Et sa fortune a explosé depuis un an, grâce à entre autres, aux tests Covid. 

Article rédigé par
Jean-Marc Four - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Zhong Shanshan pendant un discours lors d'une conférence de presse à Pékin, le 6 mai 2013. (STR / CNS / AFP)

Son ascension dans le club des super riches a surpris tous les experts ces derniers mois. Zhong Shanshan pèse aujourd’hui entre 70 et 85 milliards de dollars, selon les nouveaux classements Hurun et Bloomberg, les plus fiables en la matière. Cela le place au premier rang en Asie et au 7e rang mondial, juste derrière des Américains célèbres comme Warren Buffet, Bill Gates ou Mark Zuckerberg.

L’accélérateur de son ascension, c’est le placement en Bourse, à Shanghaï, de son entreprise pharmaceutique, Wantaï Biological. L’action a vu son cours multiplié par 30 en 2020. Cette société propose depuis plusieurs années des tests pour l’hépatite, la syphillis ou le HIV. Mais son coup de maître de l’an dernier, c’est le développement de kits de tests Covid. Ils donnent un résultat en 75 minutes et se sont déjà vendus à plus de 10 millions d’exemplaires. Wantaï travaille aussi sur un projet de vaccin contre le virus, par pulvérisation nasale.  

Le roi de l'eau en bouteille

Il ne s'agit pas de la seule corde qui figure à l’arc de ce multimilliardaire. L'histoire de Zhong Shanshan, qui a 67 ans, c’est celle d’une ascension sociale irrésistible. Né dans un milieu plutôt défavorisé, il n’a pas les moyens de poursuivre des études, il devient d’abord maçon puis un peu plus tard journaliste. Ensuite, il se lance dans le commerce de champignons, puis l’élevage de crevettes, la vente de rideaux, et même la distribution de pilules pour l’érection masculine. Rien de tout ça ne marche vraiment, jusqu’à son idée de génie en 1996.

Il y a donc 25 ans, il crée une société de distribution d’eau minérale, Nongfu Spring. Dans cette Chine où l’eau du robinet comme les nappes phréatiques sont souvent polluées, c’est le succès presque immédiat. Zhong Shanshan est aujourd’hui le roi de l’eau en bouteille en Chine. Il contrôle à lui seul plus d’un quart du marché, et a développé autour toute une gamme de boissons sucrées, de thés glacés, de jus de fruits, et d’eau gazeuse. Il joue adroitement sur une image de pureté de l’eau de source. Ce marché ne cesse de s’accroître dans le pays. Tout le monde en Chine connaît Nongfu Spring.    

Les patrons de la high tech sous surveillance

Le voilà donc qui supplante les empereurs des nouvelles technologies dans le pays. Les Jack Ma ou Pony Ma, ces rois du commerce en ligne et de la high tech, sont désormais relégués derrière le maître de l’eau minérale. Ces derniers mois, le très charismatique Jack Ma a été sévèrement recadré par le pouvoir chinois. Il n’apparait quasiment plus en public. Tout le secteur des hautes technologies fait l’objet d’une haute surveillance par le pouvoir politique.

Avec ses bouteilles d’eau et ses tests Covid, Zhong Shanshan est plus tranquille. En plus, il sait se montrer discret, un atout. C’est un solitaire qui ne s’exprime quasiment jamais dans les médias et ne tire pas la couverture à lui. Du coup, pour l’instant, le régime le laisse faire fortune.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.