Brésil : à une semaine de l'élection, Lula reste grand favori et fait l'économie d'un débat télévisé

écouter (3min)

C'est l'un des scrutins les plus importants de l’année : le premier tour de la présidentielle est prévu le 2 octobre. Et le "revenant", l’ex-président de gauche Lula, conserve une avance très nette dans les sondages face au président sortant d’extrême droite Jair Bolsonaro.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Luiz Inacio Lula da Silva, appelé Lula, ancien président et candidat à la prochaine présidentielle au Brésil lors d'un meeting, le 16 septembre 2022. (SILVIO AVILA / AFP)

Lula a de nouveau creusé l’écart dans les enquêtes d’opinion. Fin août, Jair Bolsonaro avait rattrapé une partie de son retard. Mais au cours des trois dernières semaines, l’écart est redevenu significatif : entre 10 et 15 points d’avance pour l’ancien président de gauche, désormais à l’abri des poursuites judiciaires. Lula est crédité de 42 à 47% des voix au 1er tour. Bolsonaro de 30 à 33% selon les instituts de sondage. Les chiffres ne bougent quasiment plus. Lula arrive également en tête dans les intentions de "second choix, autrement dit, il a un peu de réserves de voix en vue d’un probable second tour, fin octobre. Les premières projections évoquent une victoire du candidat de gauche 52% contre 37%. Dans ce Brésil de 213 millions d’habitants, les enquêtes dévoilent aussi un pays très divisé. Entre le Nordeste du pays, la région la plus pauvre, où Lula possède 40 points d’avance sur son rival et le Sud, plus riche, où Bolsonaro peut espérer sortir légèrement en tête.  

Un seul débat au lieu de deux

Lula gère donc son avance. Il a décidé de faire faux bond au prochain débat télévisé sur la chaine SBT prévu samedi 24 septembre au soir. Tous les autres candidats, Jair Bolsonaro comme les plus petits, seront là. Mais l’équipe de campagne de Lula a fait savoir que l’ex-président ne viendra pas, officiellement pour cause de meetings en série dans le pays. Il a préféré une interview classique en tête-à-tête, jeudi, avec l’un des présentateurs vedettes de la chaine. Il se réserve pour l’ultime débat, prévu jeudi de la semaine prochaine, sur la grande chaine TV Globo. Il faut dire que lors du premier débat, fin août, Lula était apparu un peu terne. Il a 76 ans, bientôt 77. Et en face, son rival, Bolsonaro, 67 ans, présente un visage plus dynamique. Lula privilégie donc les déplacements et les spots de campagne dont certains durent près de quatre minutes. Il y lance un appel "à toutes les personnes qui aiment la démocratie, toutes les personnes civilisées, toutes les personnes qui veulent construire un pays de paix, d’amour, d’espoir, de joie".  En face Bolsonaro fait d’abord campagne sur les réseaux sociaux, il est omniprésent sur Facebook ou TikTok, avec aussi beaucoup de vidéos de désinformation.  

Priorité à l'économie

Sur le fond, la campagne porte d’abord et avant tout sur la situation économique et sociale dans un pays où les inégalités sont gigantesques. Les autres sujets, l’environnement, la sécurité, la politique étrangère passent à l'arrière plan. Lula promet de nouvelles allocations pour les plus pauvres, des créations d’emplois pour les femmes et les jeunes en priorité. Bolsonaro, lui, veut continuer les privatisations, et avec l’appui d’une partie du patronat et de l’état major de l’armée, il veut encore alléger les impôts. Son bilan est assez catastrophique en particulier sur le Covid-19, l’état de l’Amazonie ou la place du Brésil dans le monde. Une inquiétude plane : en cas de défaite, le président d’extrême droite acceptera-t-il le verdict des urnes et se retirera-t-il pacifiquement ? Pas certain pour un adepte de Donald Trump.      

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.