Au Venezuela, "Super Moustache" le dessin animé à la gloire de Nicolás Maduro

écouter (3min)

Au Venezuela, un nouveau dessin-animé diffusé début décembre par la télévision d'État s'apparente fortement à de la propagande. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le héros du dessin animé "Super Moustache" a les traits du président vénézuélien Nicolás Maduro  (ADALBERTO ROQUE / AFP ET CAPTURE D'ÉCRAN DU DESSIN ANIMÉ "SUPER MOUSTACHE")

Grand, costaud, avec des abdos, mais avant tout... moustachu ! Super Bigote, en français "Super Moustache", a les traits du président vénézuélien Nicolás Maduro. Le héros incarne le sauveur du Venezuela qui déjoue les complots ourdis par les États-Unis à la solde des Illuminatis. C'est une fiction.

Dans le dessin animé, le super-méchant est assis dans le bureau ovale d'une maison blanche avec un drapeau américain bien visible. Il est rond, très blond... le Washington Post a noté une ressemblance avec Donald Trump. Le super-méchant, appuie sur un bouton rouge et lance un drone qui s'en prend au réseau électrique du Venezuela, plongeant le pays dans le noir. Catastrophe : une femme appelle à l'aide, un patient se réveille au milieu d'une opération et a très mal.

Tout cela fait beaucoup rire. Deux autres personnages, volontairement ridicules, sont habillés en poulet. Là encore, le Washington Post a trouvé une ressemblance avec les opposants politiques  de Nicolás Maduro. Et si la vie était un dessin animé, heureusement pour les Vénézueliens, Super Moustache est là ! Super Moustache forme une équipe, détruit le drone avec ses mains de fer et rétablit l'électricité. Si la vie était un dessin-animé, le Venezuela serait sauvé. L'exercice de propagande est total. Un sociologue, cité dans le Washington Post, affirme que les dessins animés sont souvent utilisés par "les régimes autoritaires".

Une référence évidente à la gigantesque panne d'électricité de 2019

Du côté du scénario, la référence est évidente : en 2019, le Venezuela était touché par une panne d'électricité gigantesque. Le gouvernement de Nicolás Maduro avait alors parlé de "sabotage" orchestré par les États-Unis. Dans la vie réelle, Super Moustache a du travail. Hyper inflation, pénuries, crise politique et humanitaire, pauvreté grandissante et atteintes aux droits humains. Des atteintes dénoncées encore récemment par l'ONG Provea, le Programme vénézuélien d'éducation et d'action sur les droits humains. Le pouvoir rejette ces accusations.

N'oublions pas l'exode de 5 millions de Vénézueliens depuis 2015 selon l'ONU, les "irrégularités" (mais aussi les "améliorations") constatées en novembre par la mission d'observation électorale de l'Union européenne suite aux élections régionales remportées de façon écrasante par le parti de Nicolás Maduro. Ce dernier a qualifié les observateurs "d'ennemis" et "d'espions"

Nicolás Maduro, sans cape ni collant, mais avec une moustache, est toujours en croisade pour faire lever les sanctions économiques notamment des États-Unis. La vie n'est pas un dessin animé, mais voilà peut-être une idée de scénario pour un prochain épisode de Super Moustache !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.