Un monde d'avance, France info

Assassinat de Marielle Franco : la justice brésilienne ira-t-elle au bout ?

A Rio, l’enquête avance enfin, un an pile après l’assassinat de la militante de gauche Marielle Franco.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un drapeau à l\'effigie de Marielle Franco lors du Carnaval de Rio, le 5 mars 2019
Un drapeau à l'effigie de Marielle Franco lors du Carnaval de Rio, le 5 mars 2019 (CARL DE SOUZA / AFP)

Il aura donc fallu une année complète pour que soient opérées les premières arrestations, mardi 12 mars au soir, et maintenant toute la question c’est de savoir si la justice ira jusqu’au bout.

Il faut revenir en arrière pour bien saisir l’importance symbolique de ce meurtre. Le 14 mars 2018, il y a donc un an, à Rio, Marielle Franco sort d’un meeting consacré à la place des femmes noires dans la société brésilienne. Elle monte dans sa voiture. Quelques minutes plus tard, elle est assassinée tout comme son chauffeur, de plusieurs balles de mitraillette. Le meurtre suscite un haut le cœur dans une grande partie de la société brésilienne : Marielle Franco avait 38 ans, c’était une militante des droits de l’homme, de la cause homosexuelle, de la défense des noirs et des métis ; et elle dénonçait sans relâche la dérive des milices paramilitaires. Plusieurs manifestations lui rendent hommage après sa mort. Et début mars de cette année, le traditionnel carnaval de Rio a été marqué par la victoire de l’école de samba de Mangueira qui avait choisi pour thème central "Marielle Franco". 

Des coïncidences troublantes entre le tueur et la famille du président Bolsonaro

Mardi 12 mars, la police a donc enfin arrêté deux hommes, soupçonnés d’être les auteurs de l’assassinat, et notamment le tireur présumé, Ronnie Lessa, qui aurait utilisé une mitraillette et tiré une douzaine de coups de feu pour commettre ce meurtre. Et là où ça devient troublant, c’est quand on examine la personnalité de Ronnie Lessa. Précisons d’abord que selon les enquêteurs, l’assassinat avait été prémédité pendant des mois et qu’il est en lien direct avec l’engagement politique de Marielle Franco. Lessa est un ancien de la police militaire. Et il vit dans une résidence de luxe de Rio, sur le front de mer, à Barra de Tijuca, après les célèbres plages de Leblon et Ipanema. En soi, ça peut déjà surprendre avec une simple retraite de policier. Mais surtout, cette résidence est aussi celle où vit le tout nouveau président brésilien d’extrême droite, Jair Bolsonaro.Ça va plus loin : la fille de Ronnie Lessa aurait une liaison avec l’un des fils de Jair Bolsonaro, Renan.   Ajoutons qu’un autre des quatre fils du président, Flavio, est lui soupçonné de liens avec l’une des principales milices de Rio, surnommée, ça ne s’invente pas, le "bureau du crime". Cette association criminelle pourrait avoir procédé à des opérations immobilières douteuses qui auraient bénéficié… à la famille Bolsonaro.   Et qui dénonçait ces opérations foncières douteuses ? Marielle Franco avant sa mort. La boucle est bouclée.  

Des commanditaires non identifiés

Pour toutes ces raisons, on est en droit de s’interroger sur la capacité de la justice à aller jusqu’au bout. C’est ce que disait hier Monica Benicio, la veuve, l’ex compagne de Marielle Franco : "Il faut chercher les commanditaires, pas uniquement ceux qui ont tiré les coups de feu". Et pour l’instant, la police ne juge pas nécessaire d’enquêter sur les liens entre le tueur présumé Ronnie Lessa et les fils Bolsonaro. Elle y voit de simples coïncidences. Ça laisse perplexe.        

Un drapeau à l\'effigie de Marielle Franco lors du Carnaval de Rio, le 5 mars 2019
Un drapeau à l'effigie de Marielle Franco lors du Carnaval de Rio, le 5 mars 2019 (CARL DE SOUZA / AFP)