Sous les pavés 2018, France info

Thierry Derez : "Mon pavé 2018 est un appel à la mesure sur la transparence"

L'invité d'Olivier de Lagarde, Thierry Derez, est le président-directeur général du groupe Covéa. Il questionne le besoin de transparence dans la société.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Thierry Derez.
Thierry Derez. (CC BY 4.0 STÉPHANIE TÊTU)

Thierry Derez est l’actuel président-directeur général de Covéa, l’un des premiers groupes d’assureurs en France, composé entre autres de la GMF, la Maaf ou encore MMA. Il lance son pavé contre la transparence prônée dans tous les aspects de notre société, et considère que la vie privée doit en être exemptée.   

Olivier de Lagarde : Dans la vie politique, est-ce qu’il n’est pas souhaitable d’avoir une transparence totale ?

Thierry Derez : Un des griefs que j’ai à l’égard de la transparence, c’est que ça vise à nous dispenser de tout effort, de toute recherche, de toute investigation. En gros, d’être totalement passif. Et être passif, j’ai beaucoup de mal à penser que ce soit quelque chose de flatteur pour l’humanité. Il y a une confiance nécessaire entre les individus pour former une société.

Vous parlez de confiance, mais l’affaire Cahuzac et bien d’autres nous ont montré que cette confiance est parfois mise à mal. 

Oui, mais regardez: la vérité, on a fini par la trouver. Ce que je reproche à la transparence, c’est de vouloir s’ériger en vertu ultime comme étant la finalité de tout et finalement, à partir de moment où on est transparent, on a rempli l’essentiel. Je ne le pense pas. Je pense qu’être transparent n’est pas en soi une vertu. Les vertus sont d'un autre ordre, c’est le courage, c’est la justice, c’est la tempérance.

Comment fait-on aujourd’hui pour rendre cette société un peu moins transparente ?

Tout simplement en respectant l’intimité, en respectant la vie privée. Le pavé que je lance est un appel à la mesure, un appel à la raison. Quelle est la frontière entre la transparence et le voyeurisme ? A un moment donné, vous ne pouvez que difficilement éviter de basculer de la transparence au voyeurisme.  

Thierry Derez.
Thierry Derez. (CC BY 4.0 STÉPHANIE TÊTU)