Sous les pavés 2018, France info

Roger-Pol Droit : "Mon pavé 2018, c’est contre la sclérose de l’enseignement de la philosophie"

Le philosophe Roger-Pol Droit, invité d'Olivier de Lagarde, prône la philosophie comme levier pour comprendre la réalité et les idées qui nous permettent de la représenter. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Roger Pol-Droit en octobre 2003.
Roger Pol-Droit en octobre 2003. (MARTIN BUREAU / AFP)

Roger-Pol Droit est un philosophe et écrivain, ancien professeur et chercheur au CNRS. Son pavé 2018, il le lance contre l’enseignement figé de la philosophie théorique, académique qui, par absence de lien entre l’histoire de la philosophie et la réalité, n’apporte plus de nouveaux regards sur le monde. Il publie Et si Platon revenait... en mars 2018 aux éditions Albin Michel. 

Olivier de Lagarde : Comment insuffler une nouvelle forme d'enseignement de la philosophie ?

Roger-Pol Droit : Je crois qu’il faut ouvrir l’enseignement de la philosophie à sa pratique, à toutes formes d’expressions. Ne pas hésiter à prendre les journaux du jour, les radios, il y a déjà beaucoup d’initiatives de ce côté. La philosophie pour les enfants, utiliser le théâtre…  

Certains professeurs de philosophie vous diront que c’est de la démagogie parce que c’est oublier les grands textes.  

Mais les grands textes sont truffés de cette présence ! Platon, par exemple, c’est aussi bien un écrivain qu’un grand philosophe. Les gens des Lumières, plus près de nous, sont à la fois des musiciens, des hommes de théâtre, de politique, d’idée… Donc je plaide pour une philosophie volontairement impure, mélange des genres, pour nous aider à mieux comprendre où nous sommes.  

Comment faire la différence entre cette philosophie telle que vous la décrivez, et des discussions de bistrot du commerce ? 

Par la qualité des idées utilisées. Le bistrot du commerce nous fait juste connaître l’opinion du type qui est au comptoir. Alors que si la même conversation, aussi simple, dans le langage le plus ordinaire, nous fait comprendre autre chose et penser un nouvel angle de vue alors, là, nous changeons.

Roger Pol-Droit en octobre 2003.
Roger Pol-Droit en octobre 2003. (MARTIN BUREAU / AFP)