Cet article date de plus d'un an.

Environnement : comment réduire notre production de déchets ?

Emma Haziza revient chaque samedi sur une actualité autour du climat, de l’environnement, et propose des solutions. Samedi 8 avril, la réduction des déchets.
Article rédigé par Emma Haziza, hydrologue
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min
Un homme passe devant une pile de sacs poubelles lors de la grève des éboueurs contre la réforme des retraites, à Paris, le 20 mars 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Cela restera comme l'une des images du mouvement contre la réforme des retraites : ces montagnes de poubelles qui se sont accumulées à Paris avec jusqu'à 10 000 tonnes de déchets non ramassés lors de la grève des éboueurs. Mais cette grève a peut être aussi permis une prise de conscience des déchets : on en produit beaucoup et beaucoup sont évitables.

À l'échelle de la France, 39 millions de tonnes de déchets ménagers sont produits en France chaque année, avec des traitements toujours plus coûteux si on regarde cela à l'échelle individuelle. Les chiffres de 2019 nous donneront un équivalent de 583 kilos de déchets par habitant.

Comment faire pour essayer de lutter contre ces déchets ? Selon un rapport de la Cour des comptes, le pilotage pour réduire ces déchets n'est pas à la hauteur et qu'en réalité, c'est bien 80% de ces déchets qui pourraient être directement évitables, notamment ceux qu'on appelle les déchets organiques, qui pourraient être valorisés et réutilisés. Puis, les taxes sur les ordures ménagères ne suffisent pas : actuellement, la taxe est calculée en fonction directement de la valeur locative du bien et non en fonction de la quantité de déchets que l'on produit.

La prévention, la meilleure des solutions ?

Selon le rapport de la Cour des comptes, seul 1% en réalité du coût total du service public des déchets est dédié à la prévention, c'est-à-dire absolument rien. On se contente un petit peu de sensibiliser les citoyens sur les gestes de tri, donc cette prévention touche une population plutôt réduite et les résultats sont difficilement quantifiables.

En termes de sensibilisation, certaines expérimentations fonctionnent. Une expérience, menée dans le cadre d'un programme de recherche, permettait d'avoir une vision en réalité augmentée dans son propre salon, de la quantité de déchets, à l'aide de lunettes de réalité virtuelle. A ce moment-là, un choc se produit, avec une prise de conscience et donc on réduit ce que l'on appelle la distance psychologique. Enfin, d'autres expérimentations, notamment à Paris, où les commerçants se sont essayé au zéro déchet avec l'aide des habitants, rue de Paradis sur Paris. Ces essais doivent en réalité être généralisés. Mais au final, la meilleure solution pour réduire ces déchets, c'est quand même limiter le gaspillage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.