Transportez-moi, France info

Transportez-moi à San Francisco

Ce samedi vient clôturer notre série d'été sur la découverte des moyens de transports dans le monde vue par les pilotes de ligne d'Air France. Cette semaine, destination : San Francisco avec aux commandes, Valérie Loevenbruck.

(©)

Aujourd'hui Commandant de bord et instructeur-examinateur sur Boeing
777,  elle totalise 14.000 heures de vol...et 3 enfants ! Elle gère sa
vie professionnelle et personnelle avec talent. Connue pour sa rigueur
et son humour, les équipages adorent voler en sa compagnie.

France Info et Air France vous offrent la possibilité de gagner un billet d'avion pour deux personnes
à destination de San Francisco. Pour jouer, cliquez ici et répondez à la
question suivante : Depuis
combien d'années, des tramways à traction par câble, appelés Cable
Cars
de San Francisco
fonctionnent-ils ?

valérie Loevenbruck © VL VL

San Francisco est l'une des escales préférées de Valérie Loevenbruck :  

"Lorsqu'on approche de San Francisco
on survole le fameux Golden Gate avec une vue imprenable sur notre gauche, de la
ville. D'ailleurs on remarque la quasi-absence de gratte-ciels et contrairement
à Los Angeles, qui n'est qu'un grand réseau de voies express, " Frisco "
n'en compte que deux, relief oblige !. Les collines sont plus propices aux artères
urbaines qui font le charme presque européen de cette ville".

Puis c'est un dialogue avec la tour de contrôle qui régule un trafic intense :

 "Nous nous éloignons en descente vers la baie de San
Francisco pour nous insérer dans le fort trafic aérien et survolons Mountain
View (dans la silicon valley) ou se dresse un témoin du passé : un
gigantesque hangar à dirigeables qui abritait le "Macon" : "un
dirigeable porte-avion volant" puisqu'il emmenait des avions qui se
libéraient ou s'accrochaient en vol... Puis on vire pour venir nous poser, le
plus souvent à vue, sur l'une des 4 pistes de ce 2ème aéroport de
Californie après Los Angeles".

Il y a souvent du brouillard dû à la froideur des eaux du
pacifique, d'ailleurs ce brouillard a joué un rôle déterminant dans l'histoire
de San Francisco : 200 ans se sont écoulés entre le moment où Cortès
accoste pour la première fois en Californie et celui où les missionnaires
espagnols découvrent la Baie. Saint-François d'Assise étant leur patron, ils
fondent tout naturellement San Francisco en 1776.

 San Francisco a probablement le réseau de transport
public le plus dense sur la côte occidentale des États-Unis. C'est aussi l'un
des réseaux les plus utilisés, puisque 32 % des San-Franciscains
l'empruntent quotidiennement, ce qui classe la ville au premier rang de la Côte
Ouest et au troisième rang des États-Unis.

L'ensemble de la région est desservie par un réseau
ferroviaire express, BART (Bay Area Rapid
Transit),

Les transports les plus utilisés sont les tramways, les
bus et les célèbres "cable cars", une sorte de tramway à traction
par câble qui fonctionne depuis 140 ans et à ce titre est classé monument
historique et qui fonctionnent depuis 140 ans !

San Francisco sans ses cable cars perdrait beaucoup de sa
saveur. Ils constituent le seul système mobile au monde opérationnel toute
l'année et le seul classé Monument historique. Il n'y a pas de moteur à
l'intérieur des cable cars
(juste une batterie pour l'éclairage). Ils sont tractés le long des rails par
des câbles enfouis sous la chaussée qui sont continuellement en mouvement. Pour
s'arrêter, le conducteur n'a qu'à lâcher prise sur le câble. Dans les
descentes, le conducteur se laisse glisser en roue libre, ne se servant plus
que du frein à main.

Il reste encore 3 lignes et une quarantaine de véhicules
qui roulent tous les jours de l'année. Ils ont pourtant failli disparaître
complètement au début du XXe siècle lors du tremblement de terre et de
l'incendie de 1906 qui ont détruit les entrepôts des cable Cars. Il aura fallu
attendre les années 80 pour restaurer et consolider le réseau. Aujourd'hui,
plus personne n'ose penser à les supprimer !

Posséder une voiture est ici très compliqué puisqu'on n'a
le droit de se garer que dans son propre quartier ! Les parkings sont
hors de prix et il faut penser à tourner les roues vers le trottoir quand on stationne
dans les rues en pente, (pour éviter la dégringolade en cas de rupture de
freins !) sinon, c'est l'amende garantie !

Cela reste néanmoins assez facile de se déplacer à pied
ou à vélo. D'ailleurs la traversée du Golden Gate Bridge à vélo est une
institution.

Mais San Francisco est construite sur pas moins de trois
failles sismiques, dont la San Andrea et pourtant, on n'a pas hésité à
construire de gigantesques ponts... L'optimisme à l'américaine ! "Big is
beautiful", tout le monde connaît le Golden Gate, mais le Bay Bridge est
aussi l'un des plus grands ponts suspendus au monde avec ses
7.200 mètres de long. Près de 300.000
véhicules le traversent chaque jour.

San Francisco est aussi un grand port américain, mais
c'est essentiellement du transport de marchandises. Autrefois, le port
de San Francisco était le plus grand port de toute la côte Ouest
américaine mais il a été dépassé par Los Angeles et Long Beach. Mais de nombreux
ferries naviguent encore aujourd'hui en baie de San Francisco, notamment à
destination de la célèbre prison d'Alcatraz située sur une ile au milieu de la
baie.

San Francisco est une des escales préférée de Valérie,
cette ville est à découvrir à pied , en vélo, ou en bateau. "Une très très belle
ville qui a su allier modernité (la silicon valley) à un art de vivre très
californien"
.

 

(©)