Tout Info, tout éco, France info

La guerre du hamburger est déclarée

Ça bouge dans le burger en France. Le célèbre sandwich rond suscite bien des convoitises, au point que l’enseigne Quick pourrait être bientôt avalée par son concurrent Burger King en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Hamburger - photo prétexte © Maxppp)

Le propriétaire de Burger King France est entré en négociations exclusives pour ce rachat qui devrait tourner autour de 800 millions d'euros. Cette offensive, on la doit à Olivier Bertrand, patron du groupe éponyme et détenteur de la franchise Burger King en France. Très discret médiatiquement, on le connaît peu. Groupe Bertrand, c’est pourtant un empire. Présent dans la restauration, l’hôtellerie de luxe et la distribution de boissons. Parmi ses joyaux, on compte la Brasserie Lipp, boulevard St Germain à Paris, les salons de thé Angelina et la concession de la restauration du château de  Versailles, où l’on mange autre chose que des burgers. Créé en 1997 par Olivier Bertrand, un bougnat de 45 ans natif du Cantal, le groupe emploie aujourd’hui 7.000 collaborateurs pour un CA supérieur à 600 millions d’euros.

 

Pourquoi ce rachat de Quick ?

 

En rachetant Quick – qui est aujourd'hui détenu par une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations (Jean-Pierre Jouyet qui est aujourd’hui secrétaire général de l’Elysée mais qui était auparavant à la tête de la CDC, voulait s’en débarrasser), Burger King France avale sa propre concurrence pour se renforcer face au champion toutes catégories Mac Do. Cela fait une enseigne de moins sur le marché. Si on grossit le trait, on peut dire que le groupe Bertrand est un peu le bras armé, le "porte flingue", de la maison mère américaine Burger King de ce côté-ci de l'Atlantique.

 

Tout cela dans un contexte de forte concurrence. On peut vraiment parler de la guerre du burger en France

 

Il s’est vendu l’année dernière en France 1 milliard de burgers. L’appétit des Français est croissant. Le sandwich rond se décline aujourd’hui à toutes les sauces, même en bio désormais chez Mc Do. Avec les discours sur la malbouffe, les Français recherchent des enseignes qui rassurent, plus haut de gamme… De quoi donner des ailes à un secteur déjà florissant. Même Paul Bocuse s’y est mis à Lyon et affiche son ambition de doubler son offre dans les 3 à 4 ans sur le quart Sud-Est de la France.

(Hamburger - photo prétexte © Maxppp)