Cet article date de plus de six ans.

La Fnac passe à la vitesse supérieure

écouter (5min)
Rien n’arrête la Fnac. Le groupe a l'intention d’avaler l’enseigne Darty. Une opération d’envergure dont l’objectif est de créer un géant de la distribution de produits culturels et technologiques, en France et en Europe
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La Fnac passe à la vitesse supèrieure © Maxppp)

Elle est bien loin l’image du simple ‘’agitateur culturel’’ que son créateur en 1954, Max Théret, avait voulu sous forme de coopérative. Autres temps, autres mœurs… la Fédération Nationale d’Achat des Cadres est en passe de devenir un empire industriel. Les discussions avec Darty, détenu par des capitaux britanniques, ont été menées dans le plus grand secret ces derniers mois… les actionnaires de Darty ne voient pas d’objections à ce rapprochement, bien au contraire. Fnac propose une opération par échange d’actions de 720 millions d’euros, ce qui représenterait une prime de près de 30% pour les actionnaires de Darty.

 

Opération "gagnant-gagnant"

 

L’opération est gagnante, pas uniquement pour les actionnaires. Les synergies sont évidentes sur le plan commercial entre produits culturels d’un côté et technologiques de l’autre. La complémentarité se fera d’ailleurs à travers le maintien des deux enseignes distinctes. Chacune gardera ses spécificités.  Les synergies se feront essentiellement sur la politique des achats et des services après-vente. L’ambition est claire : aller grignoter sur le terrain d'Amazon (l'enseigne préférée des français),  mais aussi de CDiscount, Apple et autres mastodontes qui, eux-mêmes, ouvrent maintenant des boutiques pour se rapprocher des clients.

 

Aboutissement pour la Fnac

 

La FNAC revient de loin. Lorsque le jeune Alexandre Bompard quitte Europe 1 pour prendre la direction de l’enseigne en 2011, la société est moribonde. A force de restructurations, il l’a fait entrer en bourse, lui fait prendre le tournant d’internet qui était en  train de la tuer notamment avec la vente de disques. L’entreprise est redevenue bénéficiaire – 41 millions d’euros en 2014 pour un chiffre d’affaires proches de 4 milliards. Il lui fallait passer à la vitesse supérieure pour parachever son plan de transformation à fin 2015.

 

Ce futur rapprochement Fnac-Darty arrive après bien d’autres

 

Le mouvement est général : Carrefour vient de racheter rueducommerce.com, Boulanger a mis la main sur son concurrent allemand Saturn. Les acteurs se consolident pour être plus fort à la concurrence. Les entreprises réagissent et préparent clairement la sortie de crise. Si tout se passe correctement sur le plan social, ces opérations constituent un signal positif pour notre économie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.