Cet article date de plus de sept ans.

Ecoiffier joue le jeu en famille

écouter
Toute la semaine, France Info vous emmène  à la rencontre d'un entrepreneur qui innove, qui réussit ou qui résiste à la crise. Aujourd'hui, rencontre avec l'entreprise Ecoiffier dans l'Ain, 25 décembre oblige, c'est une fabrique de jouets 100% en plastique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Alors que sa fabrique avait été rachetée par Smoby en 1994, Jacques Ecoiffier a réussi à reprendre toutes ses parts pour se concentrer sur le côté "familial" et "made in France " : "Mon arrière grand-père est venu du Pays de Galle pour faire profiter la région de son savoir-faire", détaille Julie Ecoiffier. "Mon grand père lui, a décidé de créer son entreprise. Il créait à l'époque des articles pour tir forain !".

  En fait, toute cette région autour d'Oyonnax encore appelée "plastic vallée " a vu fleurir au début du 20è siècle les entreprises de fabrication de celluloïd, pour les peignes notamment, puis les lunettes. Avec elles, c'est toute l'industrie de la plasturgie qui a convergé sur une zone d'une vingtaine de km.

La famille se tourne vers les jouets

Très rapidement, après les articles forains, la famille se destine aux jouets.

Aujourd'hui, Julie travaille tous les jours avec 45 salariés dont sa soeur, son père, ses cousins, et même, ses enfants... Ils sont photographiés et servent de mascottes sur les emballages des jeux.

"Le flambeau est en train de se passer " se ravit le père, grand père et directeur Jacques Ecoiffier. "Mes filles vont prendre la suite et je pense que l'entreprise va continuer, y'a pas de raison ! ".

Pourtant en 1994, c'est la mort dans l'âme que Jacques Ecoiffier avait accepté de vendre son bébé au géant Smoby. Il continuait tout de même de diriger son usine en bleu de travail, les yeux toujours aussi brillants face à ses machines qu'il dorlote depuis toujours. 

"Quand on nous parle de la Chine, on voit rouge !" 

Il faudra attendre 14 ans, en 2008, et le plan de sauvegarde de Smoby pour que Jacques Ecoiffier rachète l'entreprise, avec un mot d'ordre : "Quand on nous parle de la Chine, on voit rouge ! Dans la famille, il n'a jamais été question d'aller en Chine, on est toujours restés à Oyonnax, dans le Jura, dans la plastique vallée. On a pensé que c'était la meilleure solution, on a beaucoup créé, ce qui nous a permis d'avoir les marchés. On peut également mettre un produit au point en 3 mois, ce qui nous permet d'avoir la marchandise très rapidement !".

10 millions de jouets fabriqués tous les ans

  Et cela marche : 10 millions de jouets sont fabriquées tous les ans pour 450 références, et 500 tonnes de plastique sont englouties chaque mois. Dans les ateliers une centaine de sacs remplis de petites billes de différentes couleurs : ce sera du rose pour une cuillère de dinette, vert fluo pour un arrosoir de plage ou rouge pour le four du petit chef...

Une fabrication possible grâce aux moules, comme l'explique Julie Ecoiffier : "A chaque pièce de chaque jouet correspond un moule. Pour un produit en moyenne on fait entre 10 et 20 moules. Donc chaque moule est excessivement cher, puisque c'est de l'acier. C'est tout l'investissement que l'on fait pour réaliser un nouveau produit qui fait la richesse de notre collection ".

30% de la collection est renouvelée chaque année. Quant au chiffre d'affaires, cela restera dans le domaine du secret de famille... 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.