Tout et son contraire, France info

Fellag : "J'ai été massacré à coups de pieds par quatre flics algériens parce que je jouais en berbère"

Tout au long de la journée, nous sommes avec Fellag, humoriste algérien. Il habite et travaille en France depuis une quinzaine d'années. Double actualité. Il est à l'affiche du film "Monsieur Lazhar", mais il est aussi tous les soirs sur scène....

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Fellag monte sur scène tous les soirs au théâtre du Rond-Point à Paris avec un spectacle Petits chocs des civilisations. Heureusement qu'il est algérien. Un Français choisirait ce titre,  il serait tout de suite catalogué à l'extrême droite.

Fellag raconte les rapports France-Algérie, autour d'une immense plat de couscous, le plat préféré des Français. Il raconte des choses terribles, en tout cas pas politiquement correct. Exemple, quand il a débarqué d'Alger à Marseille, par  bateau : "Il y avait tellement d'Arabes, tellement d'Algériens sur la Canebière que j'ai cru que le bateau n'était pas parti...

Avant de s'exiler en France à cause des menaces des islamistes sur sa sécurité, Fellag a été une sorte de Coluche algérien dans son pays. On est en 1985. Son spectacle passe un jour à la télévision. C'était tellement neuf, tellement libre que les gens qui regardaient la télé algérienne depuis les pays voisins (Maroc, Tunisie) ont cru à un coup d'état.

Rencontre avec un comique arabe à la carrière incroyable, qui a souvent défié les autorités de son pays.

(©)