Tout est politique, France info

Tout est politique. "La France est à la hauteur de son devoir humanitaire", estime le député LREM Pierre Person

Les invités de "Tout est politique" ont débattu vendredi sur franceinfo dans "Tout est Politique" présenté par Olivier de Lagarde, sur le projet de loi asile et immigration qui doit être présenté en Conseil des ministres le 21 février.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le député LREM Pierre Person.
Le député LREM Pierre Person. (CAPTURE D'ECRAN/FRANCEINFO)

Le projet de loi asile et immigration sera présentée en Conseil des ministres mercredi 21 février. Dans les grandes lignes, le texte propose un allongement de la durée maximale de rétention des sans-papiers, une réduction du délai de recours des demandeurs d'asile débouté et la fin du caractère suspensif de ces recours. L'ancien ministre Jack Lang, a estimé vendredi 16 février sur franceinfo que la France n’est pas assez accueillante. "On est petit, mesquin", a-t-il dénoncé. 

L'extrait

Pierre Person : La France est à la hauteur de son devoir humanitaire. La France a multiplié les places d’accueil. Aujourd’hui, on est bien conscients qu’il y a une recrudescence du phénomène migratoire, mais ça ne date pas de 2017. Et aujourd’hui, il y a tout un enjeu, l’enjeu d’avoir un système qui fonctionne mieux, mais qui fonctionne mieux pour tout le monde, pas simplement pour les Français d’un point de vue national, mais aussi, pour les gens qui souhaitent obtenir l’asile en France (...) Il y a aussi tout le volet sur l’intégration, parce que ce que nous avons raté depuis 20 ans, c’est l’intégration. Il faut se redonner de véritables moyens, et c’est ce que va faire la loi.

Bruno Gollnisch : C’est une nouvelle loi, une de plus, qui traite le symptôme et ne s’attaque pas aux causes. Les flux migratoires totalement incontrôlés continuent d’arriver. On va modifier un peu dans le sens de l’accélération, les procédures d’examen de l’asile. Mais le problème, c'est que les déboutés du droit d’asile, ne retournent jamais pratiquement dans leur pays. La Cour des comptes avait donné un rapport. Il y en a 3 ou 4 % qui reviennent. Notre pays est aujourd’hui un pôle d’attraction pour toutes sortes de malheureux.  

Christine Revault D’Allonnes : Il y a les fantasmes, tout ce qu’on vient d’entendre, et il y a la réalité. Moi j’invite tout le monde à lire, Hervé Le Bras, L’âge des migrations, qui pose factuellement les migrations depuis la nuit des temps, dans le monde entier, pour arrêter avec ces histoires de flux, de marées, de pressions. Ce n’est absolument pas la situation actuelle. Et très franchement, si on regarde au niveau européen, comment nos collègues nous regardent par rapport au faible nombre de réfugiés que nous avons accueillis, notre tâche est immense et nous avons beaucoup à faire.    

Constance Le Grip : De manière générale, dans ce genre de débats, on est toujours en train de mélanger les catégories de personnes, les réfugiés, les demandeurs d'asile, les migrants économiques. Tout cela peut alimenter la boîte à fantasmes ainsi que les postures généreuses (...). Il y a certainement des choses à faire pour améliorer le traitement des demandes d'asile. Nous serons vigilants.

Les invités

Pierre Person, député LREM de la 6e circonscription de Paris

Constance Le Grip, députée LR de la 6 e circonscription des Hauts-de-Seine

Bruno Gollnisch, député européen FN

Christine Revault D’Allonnes, députée européenne socialiste  

Le député LREM Pierre Person.
Le député LREM Pierre Person. (CAPTURE D'ECRAN/FRANCEINFO)