Tout comprendre, France info

Crémations : de plus en plus en France

Évolution des mentalités et des croyances, recul des religions, cimetières trop petits, coût... Autant de raisons qui font que de plus en plus de personnes optent pour la crémation après leur mort.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Maxppp - Crémations : de plus en plus en France)

33% des obsèques donnent lieu à une crémation aujourd'hui en France. Des chiffres en augmentation mais loin derrière la Suisse près de 90% ou encore la Grande Bretagne 75%.

Si le décès se produit dans l'hexagone, la crémation peut avoir lieu 24 heures au moins et 6 jours au plus après le décès.

Après la crémation les cendres sont recueillies dans une urne cinéraire munie d'une plaque indiquant l'identité du défunt et le nom du crématorium.

Mais que peut-on faire exactement des cendres ? Ecoutez la réponse de Fabienne Hilmoine, Conseiller Funéraire et Créatrice d'A Tout Jamais (qui accueille les personnes dans toutes le phases des obsèques et du deuil)

Sachez également que depuis 2008, il n'est plus autorisé de conserver l'urne chez vous. Il n'est pas possible non plus de partager les cendres. Enfin de votre vivant, manifestez clairement votre volonté d'opter pour la crémation si c'est votre choix (et par écrit de préférence,soit dans un contrat obsèques, soit sur un papier glissé dans le livret de famille, par exemple). Et en cas de désaccord persistant entre les proches du défunt sur l'organisation de ses funérailles, le tribunal d'instance du lieu de décès peut être saisi.

(© Maxppp - Crémations : de plus en plus en France)