Tout comprendre, France info

Choisir un artisan

Construction ou rénovation : si vous n'êtes pas très dégourdi de vos mains ou que vous n'avez pas le temps, il va vous falloir faire appel à un artisan. Mais comment choisir le bon professionnel sans avoir de mauvaise surprise à l'arrivée ?Interview de Sabine Basili, vice-Présidente de la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), en charge des affaires économiques.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Pour choisir un artisan, il faut prendre en compte la proximité. Pour se rassurer, on peut aussi aller sur le site internet artisans-du-batiment.com.

Comment vérifier sa qualification pour ne pas avoir de mauvaise surprise ?

Un texte de loi est soumis en ce moment au Parlement. Si le projet est adopté, tout artisan, qui est inscrit au répertoire des métiers, verra ses qualifications vérifiées. Il ne faut pas non plus hésiter à miser sur le bouche à oreille. 

Comment étudier un devis ?

Il faut faire faire plusieurs devis, bien sûr, mais pas trop non plus pour ne pas se perdre. Par ailleurs, il est important de se faire expliquer un devis, de manière simple. Certains artisans montrent des échantillons et font visiter des salles d'exposition, ce qui est évidemment un gage de confiance. 

Quels types d'assurances demander à un artisan ?

La garantie décennale (10 ans) couvre le risque lié à la solidité de l'ouvrage, et des éléments d'équipements qui font corps avec le gros oeuvre. Cette assurance est obligatoire. Il y a aussi la garantie de responsabilité civile professionnelle , pour les dommages et les problèmes pendant la réalisation du chantier (sur les personnes, etc.). Il existe également la garantie parfait achèvement  (sur un an), et la garantie de bon fonctionnement , liée aux éléments d'équipements. 

Le particulier, de son côté, doit aussi prendre l'assurance "dommage-ouvrage", qui prend en charge d'éventuels frais supplémentaires. 

Enfin, il faut que le particulier et l'artisan vérifient ensemble la fin des travaux. C'est ce qu'on appelle une "récéption de chantier" , et c'est à partir d'elle que courrent les garanties. 

(©)