T'as vu l'info ?, France info

Passage Dora Bruder

Dora Bruder, l'héroïne de l'un des romans de notre récent prix Nobel de littérature, Patrick Modiano, va devenir une rue ou un espace à Paris. Cette décision rare devrait provoquer un sursaut chez nos maires et les conduire à nommer des rues de leurs villes du nom d'héroïnes ou d'héros de fictions littéraires. Cela nous changerait des noms interchangeables usités partout depuis toujours !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ce matin l’autre info passe de Paris à Montaubaan

C’est à cause d’une décision annoncée lundi soir au Théâtre de la Ville.  En 1997, notre récent prix Nobel de littérature, Patrick Modiano avait publié un livre sur une enfant juive durant l’Occupation nommée Dora Bruder. Anne Hidalgo a annoncé que Dora Bruder, héroïne de fiction allait donner son nom à une adresse ou à un espace public dans le XVIIIe arrondissement parisien. Son arrondissement dans le roman.

Et vous pensez qu’il faut multiplier ce genre d’initiatives

Vous n’en avez pas marre de nos villes avec leurs noms de rue interchangeables ? Ras le bol de la rue de l’Eglise ! Ceci n’est pas un blasphème ! Par dessus la tête de la grand rue ou de la rue du Moulin ! Arrêtez tout avec vos rues de la mairie ! Vos rues de la gare ! Vos rue des écoles ! Stop aux rues du Château ! Assez de rue La Fontaine ! Moins de rues Pasteur ! Et je ne parle même pas de la rue principale, la rue du Stade ou la rue des Jardins… Bref mesdames et messieurs les maires, un peu d’imagination ! Allez  choisir des noms de rues dans notre belle littérature, parmi les héros et héroïnes de fictions.

Il y a d’autres exemples que Dora Bruder ?

Il y en a un que j’adore. À Montauban. Le chef lieu du Tarn-et-Garonne a inauguré en février 2014 un rond-point rebaptisé « le giratoire des Tontons flingueurs » pour rendre hommage aux héros du film de Georges Lautner, dialogué par Michel Audiard mais aussi au roman d’Albert Simonin, « Grisbi or not Grisbi » d’où les Tontons sont tirés. Vous vous souvenez de la réplique culte de Lino Ventura, Fernand Naudin devant les emmerdements qui s’accumule : « On ne devrait jamais quitter Montauban ». Il était donc logique que Montauban rende hommage aux Tontons Flingueurs. Alors comme à Paris, comme à Montauban, il faut multiplier les hommages aux héros de fiction dans nos rues. Sans compter que ça pourrait permettre de compenser l’incroyable déficit de noms de rue portant le nom d’une femme ! J’ai découvert en fouillant sur le Web que seulement 2% des rues françaises porteraient le nom d'une femme. Chiffre étonnant qui vient d’une enquête de janvier 2014 de l’ONG Soroptimist. Sur 63 500 rues françaises observées dans 111 communes, moins de 1500 sont baptisées au féminin ! Il y a donc de la Place pour d’autres rues Dora Bruder. Pour des Place Emma Bovary en Normandie ou vit madame Bovary dans le roman de Flaubert. Pour des Avenues Marguerite Gautier, l’héroïne de la dame aux Camélias de Dumas fils, du côté du Boulevard de la Madeleine à Paris, là où habitait Marie Duplessis, le modèle de la Dame aux Camélias. Et vous, Claude Bartolone ? Vous voyez un héros de fiction qui mériterait d’avoir une rue à son nom dans votre Seine Saint Denis ?

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)