Cet article date de plus de cinq ans.

Si j'étais... Alain Juppé

écouter (4min)

Dans le Journal du dimanche du dimanche 30 octobre, un sondage donne 36 % de sympathisants de droite et du centre comme meilleur candidat Alain Juppé pour incarner le mieux  leurs idées en vue de l'élection présidentielle. Sonsade Ifop. Karl Zéro  se prend pour le maire de Bordeaux déjà président de la République.

Article rédigé par
Karl Zéro - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire à droite, le 20 octobre 2016 à Bordeaux (Gironde). (GEORGES GOBET / AFP)

Si j’étais Alain Juppé, j’aurais déjà gagné. A quoi bon dès lors - me dirais-je - concourir à cette dérisoire primaire, puisque les jeux sont faits ? " A quoi bon dès lors " c’est une formule peu usitée, mais qui me vient naturellement - que voulez-vous, j’ai fait Normale Sup. Et puis je suis  " à quoi-bon-dès-loriste ", c’est mon tempérament. Lorsque j’ai été nommé à Matignon, il y a 21 ans, voilà que des hordes de cégétistes ivres de colère et de mauvais vin ont envahi et bloqué Paris. J’ai dit à Chirac :  " Président, à quoi bon dès lors …rester votre Premier ministre ?  Il m’a dit " À rien, banane, casse-toi " et je suis parti. Vingt ans après, comme disait Alexandre Dumas, me voici dans la situation inverse : la France entière me plébiscite. À quoi bon dès lors ne pas sauter une case… voire deux ?


La première case, je l’évoquais à l’instant, c’est cette primaire à droite, la première du genre, qui comme chacun devrait l’avoir compris n’a été inventé que pour éliminer Sarkozy. Aucun d’entre nous, pas même le meilleur d’entre nous - votre serviteur - n’ayant eu les couilles de lui dire en face de ne plus jamais revenir en politique, on a imaginé avec Fillon et Raffarin ce stratagème - un peu cousu de fil blanc certes mais qui fonctionne à merveille - pour que ce soit les électeurs qui le lui disent, le plus doucement possible :  " Non, Nicolas, ça ne va pas être possible, on en peut plus de ta bobine, en plus maintenant que tu as des tics, tu fais des grimaces, tu as comme des soubresauts du buste, ça fais peur aux enfants " 
Si j’étais Alain Juppé, à trois semaines du scrutin, je vous dirais qu’au point où on en est, cette primaire m’apparait désormais totalement inutile, puisque chacun sait que je vais la remporter. Pourquoi ? Sans doute par ce que je suis " Le moins pire " comme l’a dit fort justement le jeune M. Rachid de Youtube, chez M. Pujadas…  " Le moins pire " un comble quand on a été " Le meilleur ". Je n’ai que faire d’un score à la Bourguiba, d’un dépeçage de Sarkozy en place publique à la mode Kadhafi, j’ai l’identité heureuse, moi, je suis pour la paix des familles. Evitons-nous ces semaines épuisantes de palabres devant des caméras, et passons aux choses sérieuses.

Sept mois d'attente... c'est long


Là aussi, et c’est la seconde case que je vous propose de sauter, nous pourrions éviter à nos concitoyens de perdre encore sept mois à tourner autour du pot, du pot-aux-roses qui n’a plus rien de rose, puisque le secret est éventé, le nom de votre prochain président est évident : ce sera moi. Au premier tour, j’éliminerai toute trace de gauche de ce pays, au second je bouterai l’apprentie Pucelle Marine hors de France, et calmement, à pas comptés - non pas à cause de mon âge, mais pour profiter de l’instant - je rejoindrais l’Elysée sous les vivats d’une foule heureuse de retrouver son identité, et par voie de conséquence en liesse. A quoi bon dès lors maintenir une présidentielle dont le résultat ne fait guère de doutes ?
Ce week-end, nous avons changé d’heure, en retardant nos montres d’une heure. Je vous propose maintenant de gagner du temps, et de les avancer de sept mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.