Cet article date de plus de six ans.

Combattre l'obsolescence programmée

écouter (5min)
Depuis l'été, l'obsolescence programmée est un délit, puni par la loi. Les consommateurs peuvent même s'organiser pour aller en justice à plusieurs. Cette semaine, des députés européens ont déposé une proposition de résolution pour que la durée de vie des produits soit légalement plus longue. Pour consommer durable, les produits doivent être solides, et réparables.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (© Fotolia)

Parmi les cadeaux à Noël, il y aura, dans trois semaines, des appareils électriques, de l’électronique. Certains de ces équipements ne passeront pas plusieurs hivers. Ils vont s’arrêter de fonctionner au bout d’un certain temps parce qu’ils sont de mauvaise qualité, ou parce que leurs fabricants l’auront décidé. C’est ce que l’on appelle l’obsolescence programmée. Depuis juillet 2015, l’obsolescence programmée, qui oblige le consommateur à se rééquiper, est un délit.

C’est ce que recommande l’association Halte à l’obsolescence programmée , HOP, qui vient de créer un site où l’on peut signaler les machines à laver ou les imprimantes trop vite jetables. Tous les produits sont concernés, le gros et le petit électroménager, même le textile.

Dans l’idéal, les industriels devraient mettre sur le marché des produits réparables, avec des notices claires, et surtout des pièces détachées disponibles pendant longtemps.

Pour consommer de façon durable, et sortir de l’ère du jetable, on peut aussi trouver sur la toile des sites qui proposent des conseils pour entretenir et réparer les appareils qui tombent en panne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.