Question d'immobilier, France info

Le prêt à taux zéro se fait une nouvelle jeunesse dans l’ancien

Réservé depuis trois ans aux acquisitions de logements neufs, le prêt à taux zéro fait son retour dans l’ancien depuis le 1er janvier 2015. Mode d'emploi avec Charlie Cailloux de Particulier à Particulier.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Maxppp)

Rappelons que le Prêt à taux zéro, "PTZ", est un crédit gratuit qui permet, sous conditions de ressources, de financer l’acquisition de sa résidence principale.

L’objectif est précis : redynamiser les centres-bourgs qui se désertifient. Le PTZ dans l’ancien est donc limité aux zones rurales. L’Etat encourage les Français à réinvestir le cœur des petites villes et des villages plutôt que de participer à l’étalement urbain en faisant construire en périphérie.

Il y a deux conditions spécifiques : d’une part, il faut acheter un logement ancien situé dans l’une des 6.000 communes rurales listées par le Gouvernement ; d’autre part, il faut s’engager à réaliser des travaux de rénovation ou d’amélioration d’un montant d’au moins 25 % de l’acquisition (si vous achetez un bien 100.000 euros, il faudra faire 25.000 euros de travaux).

Les travaux éligibles sont les travaux ayant pour objet la création de surfaces habitables nouvelles, la modernisation, l’assainissement ou l’aménagement des surfaces habitables ainsi que les travaux d’économie d’énergie. 

Rappelons que, comme dans le neuf, le PTZ ne concerne que l’acquisition d’une résidence principale et qu’il est soumis à des conditions de ressources. Les plafonds de ressources et le montant du prêt varient selon la localisation du bien et la composition du foyer.

Un exemple : pour un couple avec deux enfants

Prenons l’exemple d’un couple avec deux enfants ; ils ont eu le coup de cœur pour une maison d’un montant de 80.000 euros à Argenton-sur-Creuse, charmante petite ville du sud du Berry.

La maison a été construite il y a 40 ans : l’assainissement est à refaire, la chaudière est à remplacer et le toit à isoler. Au moins 20.000 euros de travaux. S’ils gagnent à eux deux moins de 3.600 euros par mois, ils pourront prétendre à un PTZ de 14.000 euros, c’est-à-dire presque 15 % du montant global (acquisition + travaux).

Attention ! Le PTZ, c’est un prêt, pas une subvention ! Il faudra quand même rembourser, mais le couple économise des intérêts.

Pour ceux qui ont des rêves de campagne, rendez-vous sur le simulateur du ministère du Logement sur territoires.gouv.fr pour connaître le montant de votre PTZ, mais aussi découvrir les autres aides auxquelles vous pouvez prétendre pour acquérir ou rénover votre résidence principale.  

 

 

(©)

 

 

(© Maxppp)