Question d'immobilier, France info

Achat d'un bien immobilier : les trentenaires attendront

Le Crédit Foncier, en association avec l'université de Paris-Dauphine, vient de publier une étude consacrée à l'évolution du pouvoir d'achat immobilier selon l'âge. Sans surprise, l'étude constate que le pouvoir d'achat immobilier a baissé au cours des 12 dernières années, baisse plus ou moins importante selon la région. Les précisions de Jean-Michel Guérin, du site de Particulier à Particulier.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Ici, à Nice, le prix moyen du m² tourne autour des 4.000 euros © RF/CR)

Que ce soit Strasbourg, Bordeaux, Lyon ou Paris, la baisse est parfois significative. Cette baisse s'établit à 39 % à Paris, contre 10 % seulement à Strasbourg. Mais, ce qui marque le plus, c'est ce que certains appellent "la fracture générationnelle". Les jeunes ne peuvent plus acheter, alors que ceux, plus âgés, qui sont déjà propriétaires, peuvent plus facilement acquérir un bien, du fait de la revente de leur ancien logement.

 

Le problème, sur le marché immobilier, c'est qu'il nous a mal habitués depuis une quinzaine d'années. Des prix qui ont beaucoup augmenté, une très grande fluidité des transactions, des taux d'intérêt très bas, et dans la période 2007-2012, une propension à aller chercher des acquéreurs dans des tranches d'âge inhabituelles. C'est ainsi qu'avant 2008, on a vu des crédits immobiliers établis sur 25 ou 30 ans, pour inciter les moins de 30 ans à acheter. Mais, avant ce cycle, il y avait deux sortes de primo-accédants :

Ceux qui s'y mettaient très tôt, souvent avec un peu d'aide familiale, qui achetaient un studio, le revendait au profit d'une deux pièces quelques années plus tard, et ainsi de suite.Et ceux qui achetaient pour la première fois …Aux alentours de 35 ou 40 ans. On revient à cette situation, pas vraiment nouvelle. Et forcément, avec le niveau des prix, il n'est pas surprenant de constater que les moins de 30 ans ne peuvent plus acheter.

Peu de gens alors peuvent acheter un logement correspondant à leurs besoins dans la capitale de leur région ?

 Oui, et c'est normal. C'est la tranche d'âge où ils sont déjà propriétaires, donc leur patrimoine leur permet de fournir un apport important lorsqu'ils veulent racheter, et c'est la période où, généralement, leurs revenus sont au plus hauts. Ensuite, la courbe décroit lentement, puisqu'au-delà, les revenus commencent à baisser.

Même si les taux sont aujourd'hui à leur plus bas niveau historique, un bien immobilier coûte environ quatre années de revenus, alors qu'il n'en fallait que trois, il y a 15 ans. Dans un contexte où les salaires n'augmentent pas, acheter devient impossible pour de plus en plus de gens…

 

(©)
 

(Ici, à Nice, le prix moyen du m² tourne autour des 4.000 euros © RF/CR)