Y a-t-il en France des dizaines de milliers d’enfants dans des écoles musulmanes "sous influence islamiste", comme l'affirme Valérie Pécresse ?

écouter (2min)

Selon le ministère de l'Education nationale, "on compte à ce jour 85 000 élèves d'écoles privées hors contrat". Selon un rapport législatif de 2017, seulement 8,8% de ces élèves évoluent dans des écoles musulmanes.

Article rédigé par
Jeremy Hernando - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Image d'illustration (HAMID AZMOUN / HANS LUCAS)

Le projet de loi contre le séparatisme, rebaptisé "loi confortant les principes républicains", sera présenté mercredi 9 décembre en Conseil des ministres. C'est à propos de ce projet de loi que Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a évoqué, lundi 7 décembre sur France Inter, le cas d’écoles hors-contrat "soumises à l'influence islamiste" dans lesquelles seraient scolarisées des "dizaines de milliers d’enfants".

Les écoles hors contrat sont, comme leur nom l’indique, des établissements qui n’ont pas de contrat avec l’Etat les obligeant à respecter des horaires et un programme déterminés par l'Education nationale. Elles ne reçoivent aucun argent public, leurs professeurs ne sont pas obligés d’avoir un diplôme et elles peuvent s’affranchir des programmes scolaires de l’Education nationale. S’il existe bien des écoles hors-contrat de confession musulmane, leur nombre reste faible.

5% des écoles hors contrat sont musulmanes

Le site ecoles-libres.fr, qui émane de l'association "La Fondation pour l'école", établit un registre des écoles hors-contrat. Il estime qu’à la rentrée 2020, on comptait 1 556 écoles indépendantes dans le pays. Sur les 30% d’écoles à caractère confessionnel, 17% sont catholiques et 5% musulmanes. Il y aurait donc environ 78 écoles hors contrat musulmanes aujourd’hui en France.

Il faut cependant prendre en compte le fait que le caractère confessionnel d’une école hors contrat peut être difficile à déterminer car, comme le rappelle l’association, "les fiches d’écoles sont remplies par les écoles ou sur la base de leurs déclarations". Sans oublier que l’école hors-contrat musulmane est légale, et que ce type d’établissements n’enseigne pas forcément des doctrines extrémistes. 

Peu d’écoles, et donc peu d’élèves

"On compte à ce jour 85 000 élèves d’écoles privées hors-contrat (50 000 dans le premier degré et 35 000 dans le second), contre 74 000 en 2017", explique le ministère de l’Education nationale. "Elles se répartissent à égalité : un tiers en pédagogies alternatives type Montessori, un tiers laïques et un tiers confessionnelles", précise-t-il. Au total, 12,4 millions d’enfants sont scolarisés dans le public et le privé. Il est difficile d’obtenir des données précises quant au nombre d’élèves étudiant dans des écoles hors-contrat musulmanes aujourd’hui.

On peut en revanche le déterminer pour l’année 2017, grâce à un rapport législatif sorti cette même année. Il place à 8,8% le taux d’élèves de l’enseignement privé hors-contrat qui évoluent dans des écoles musulmanes. Rapporté aux 74 000 élèves des établissements hors-contrat dont fait état le ministère de l’Education nationale pour l’année 2017, ce pourcentage correspond à 6 512 élèves dans des écoles musulmanes. Bien que 11 000 élèves supplémentaires soient arrivés dans les écoles indépendantes depuis 2017, seule une petite partie a intégré des écoles musulmanes. Il est donc faux de dire que des dizaines de milliers d’enfants sont scolarisés dans des écoles soumises à l’influence islamiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Question d'éducation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.