Question d'argent, France info

L'épargne des Français

Le Livret A et l'assurance vie font partie des placements préférés des Français, qui font le yo-yo avec leurs économies. L'épargne prend du poids, puis le perd d'un mois sur l'autre pour le reprendre. Ce mouvement en dents de scie a vraiment commencé au milieu de l'année dernière.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Fondamentalement, les Français épargnent et piochent dans
leur bas de laine dès qu'il faut vider son porte-monnaie, en particulier pour
payer ses impôts. Ils dépensent plus pour payer leurs charges que pour
consommer.

Quelques chiffres

La collecte des Livrets A et de son petit frère le LDD
(Livret d'Epargne Durable) est de 1,18 milliards d'euros, contre une décollecte de 140 millions d'euros
en février. Si on prend les chiffres depuis le début de l'année, la
collecte du Livret A et celle du LDD, on arrive à 3,23 milliards d'euros. En
encours, c'est-à dire en cumulé, cela représente un pactole de 370,4 milliards
d'euros. Nos concitoyens jonglent entre l'épargne disponible à tout
moment, c'est à dire le Livret A et le LDD. L'assurance vie sert d'épargne à
moyen et à long terme.

Philippe Crevel, économiste et spécialiste de l'épargne,
explique ce phénomène de yo-yo : "Les Français sont toujours animés
par un principe de précaution important. Ils souhaitent avoir des disponibilités
pour faire face à des échéances. (...) Il y a d'autre part des contraintes
financières : les salaires stagnent, le pouvoir d'achat diminue. Ils
ajustent donc leur capacité et sont amenés à puiser dans leurs économies. De ce fait, on a des
mouvements un peu erratiques de l'épargne depuis une grosse année, et cela
risque de continuer dans les prochains mois
."

Cette épargne n'est pas un bon signe pour la
croissance ?

Effectivement, ce n'est pas un bon signe. Quand on épargne
on ne consomme pas. Or, la consommation des ménages est l'un des principaux
moteurs de la croissance dans notre pays. On épargne quand on est inquiet et nos concitoyens le sont à
juste titre. Ils s'interrogent sur la baisse de leur pouvoir d'achat : les
impôts, les gels des prestations, la liste est longue.

Que recherchent dans leur épargne nos concitoyens ?

Principalement, la sécurité et la liquidité. Ce qui traduit
bien leur inquiétude. L'assurance vie avec des fonds en euros quasiment sans
risque et sans perte du pouvoir d'achat, vient ainsi en relais du Livret A et du
LDD. L'épargne reste disponible. Un point important en période d'incertitude.

Est-ce que cette situation de l'épargne contre la
consommation va perdurer ?

Tout dépend du ressenti de nos concitoyens. S'ils ont
l'impression que la situation économique s'améliore, en particulier si le
chômage baisse car chacun d'entre nous a au moins un chômeur parmi ses proches,
ils recommenceront à consommer. Dans le cas contraire, ils vont continuer à
épargner et à puiser dans leur épargne pour faire face à leurs dépenses
incompressibles : nourriture, logement, impôts et toutes les nouvelles contraintes qui alourdissent
la barque, le portable par exemple.

La consommation et l'épargne sont deux indicateurs précieux
pour prendre la température de nos concitoyens.

Et aujourd'hui, on est à + 37,5°. Reste à savoir si on va
vers le 38°/39° et on aura la fièvre. Plus d'épargne, mais cela se bloquera à un moment,
faute de pouvoir alimenter cette épargne, ou si on revient à 36,5°, plus de
consommation car plus de confiance et de visibilité, et tant mieux pour la
croissance. 

(©)