Question d'argent, France info

Comment emprunter après 65 ans pour acheter un bien immobilier ?

"Question d'argent" répond aux questions de Jean-Luc qui aimerait acheter un bien après 65 ans.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Jean-Luc voudrait savoir s'il est possible d'emprunter sur
une longue période pour acheter un bien immobilier après 65 ans ? Et
quelles sont les pistes pour emprunter ?

La réponse est oui.
Même s'il sera plus facile d'emprunter sur 10 ans que sur 25 ans,
l'opération n'est pas impossible en raison de l'allongement de la durée de la
vie. Il faut avoir terminé de rembourser au plus tard, alors cela dépend des formules, mais généralement avant 85
ans. Parfois, mais c'est plus rare, jusqu' à 90 ans.

Mais cela coûte plus cher ?

Dans le cadre d'un prêt classique c'est surtout l'assurance
emprunteur décès/invalidité qui coûte plus cher.  Des taux de 0,15% à 0,30% pour de jeunes
emprunteurs passent à plus de 0,50% à 60 ans ; 0,82% à 65 ans ou encore
1,74% à 70 ans selon le courtier en prêt CAFPI pour un prêt par exemple de
250.000 euros sur une durée de 20 ans. Alors que le taux  à proprement parlé de l'emprunt à 60 ans ou
75 ans est identique à celui d'emprunteurs plus jeunes, soit 3% en moyenne. On
fait payer le risque, et si l'emprunteur est en mauvaise santé, c'est soit un refus, soit une sur prime.

On est obligé de prendre l'assurance emprunteur proposée par
l'établissement prêteur ?

Avec la loi Lagarde, il est aujourd'hui possible de
dissocier l'emprunt, à proprement parler, de la garantie. Rien n'empêche, et c'est
même conseillé, de s'adresser à un courtier plutôt que d'accepter benoitement le "tout compris" que vous proposera votre banque. Une banque ne peut
plus refuser d'accorder un prêt sous prétexte que vous cherchez par vous-même
une assurance pour votre crédit. A condition que l'assureur (ou la société de
caution) que vous aurez trouvé fournissent des garanties similaires. C'est une
source importante d'économie dont il ne faut pas se priver.

Quoi qu'il en soit, avant de prêter, un établissement
financier souhaite se garantir contre toute défaillance dans les
remboursements. Si l'emprunteur n'apporte rien en gage (contrat d'assurance-vie, hypothèque immobilière par exemple ou encore caution), la banque vérifiera
que les remboursements n'excèdent pas 30% des revenus (salaires ou encore
pensions de retraite) de l'emprunteur, et
en cas d'emprunt par un couple, il appliquera le même ratio d'endettement au
conjoint.

Rappelez-nous quelles
sont les garanties que prend généralement une banque ?

Les garanties classiques sont utilisées par les banques pour
tous les emprunteurs qui ne gagent pas un bien suffisant. Il y a tout d'abord "le privilège de
préteur de deniers". Il garantie à la banque le capital du prêt et trois
ans d'intérêts. Il faut le préférer à l'hypothèque car il n'est pas soumis à la
taxe de publicité foncière. C'est une autre économie pour l'emprunteur. S'il
s'agit non plus de l'acquisition d'un logement dans un immeuble mais de la
construction d'une maison, le privilège de préteur de deniers ne sera plus
possible, et il faudra recourir à l'hypothèque classique. Et puis il y a enfin,
le cautionnement par une société spécialisée.

 

(©)