Planète influenceurs. Mark Rober, l'ingénieur californien adepte d'expériences scientifiques

écouter (2min)

Cet été, franceinfo vous emmène à la rencontre des influenceurs et des influenceuses du monde. Chaque jour, un homme ou une femme qui s'engage et met sa notoriété numérique au service d'une cause. Portrait de Mark Rober, un YouTubeur californien, habitué des expériences scientifiques délirantes et spectaculaires 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mark Rober sur sa chaîne YouTube. (CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE)

"Aujourd'hui, on va jeter deux grenades dans un bassin de nitrogène liquide." Mark Rober n'est pas le seul à proposer des expériences scientifiques audacieuses sur YouTube, mais personne ne le fait mieux que lui. Chacune de ses vidéos est vue plus de 20 millions de fois en moyenne. La clé de son succès, il l'explique sur la chaîne ABC.

J'attire l'attention des gens avec quelque chose d'énorme comme le plus gros pistolet à eau du monde mais au final, je veux leur parler de la science derrière tout ça.

Mark Rober

à ABC

Une boule de bowling commandée par les mouvements du corps, un volcan de mousse géant, un parcours du combattant pour écureuils... Le cerveau de Mark déborde d'idées folles, servies par un incontestable talent de conteur d'histoires et sa bouille d'éternel adolescent.

Un ingénieur passé par Apple et la Nasa

Mais Mark Rober est aussi un ingénieur de formation, passé par Apple et la Nasa, et donc capable de relever les défis qu'il se lance comme cette batterie pour voiture électrique fonctionnant avec des citrons. "Le truc, c'est de trouver les bons métaux à mettre dans le citron. Le zinc veut se débarrasser des électrons et le cuivre veut les récupérer. Ils ne peuvent pas le faire sans être connectés par un électrolyte et c'est le jus du citron !" 

Une fois par an, le YouTubeur consacre une vidéo à une bonne cause. "C'est bizarre de me dire que quand je parle dans un micro, 25 millions de personnes écoutent, explique-t-il. Alors je ne peux pas rester assis sans rien faire en sachant que j'ai ce pouvoir." Au printemps dernier, il a révélé que son fils était atteint d'autisme et tenté d'expliquer, avec l'esprit de vulgarisation qui le caractérise, comment un autiste pouvait percevoir le monde. "C'est une surcharge sensorielle avec tout qui arrive en même temps. Si on discute ensemble dans ce parc, je peux tout ignorer et me concentrer sur votre voix. Mais si j'étais autiste, j'entendrais le vendeur de glaces au loin et l'enfant qui pleure parce qu'il n'a pas de glace et les voitures qui passent et l'avion…"

Il a levé plus de 3 millions de dollars en trois heures sur sa chaîne pour une association. Mais la bonne intention s'est vite retournée contre lui. De nombreux messages sur les réseaux sociaux ont critiqué le travail de cette association, jugé très mal adapté, voire nuisible aux autistes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Planète influenceurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.