Cet article date de plus de neuf ans.

Russie (s)

écouter
On parle souvent de Russie éternelle mais finalement c'est celle de demain qui nous est ainsi racontée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Celle par
exemple de ces gamins qui vivent toujours dans des orphelinats. Les conditions
sont souvent difficiles mais il y a aussi de véritables réussites comme au Pélican ,
un établissement à 350 kilomètres de Moscou .

Notre
consoeur Agnès Richieri parle même de joyeuse anomalie dans un système
sclérosé.

Ici il  n'y a pas plus de moyens qu'ailleurs. Si les
sourires sont nombreux c'est que la prise en charge s'est faite avec une
véritable volonté de réussir.

Oui, ces
enfants sont joyeux. On les voit courir dans les bois, s'amuser dans une salle
de sports ou encore jouer la comédie avec bonheur à l'occasion d'un spectacle.

Et voilà
comment la détermination de quelques personnes prouve que le sort des quelques
100.000 enfants vivant toujours dans des orphelinats n'est pas forcément
scellé.

Ce qui est
vrai dans cette Russie profonde apparaît en fait un peu partout.

C'est même
un point commun entre les fidèles de Poutine et ceux qui s'opposent à lui.

Des
contrastes très nombreux mais le même credo : "l'âme russe reste le
ciment de la cohésion sociale
".Voilà ce qu'écrit Polka Magazine.

De fait il
y a autant de Russies que de russes. La preuve, avec les images signées Yuri
Kozyrev
.

Place
Rouge
, un sosie de Poutine montre fièrement la photo de son idole... En Sibérie
des disciples d'un personnage qui affirme être la réincarnation de Jésus
marchent en file indienne dans la neige.  La Russie c'est aussi le luxe d'un centre
commercial et, pour ne pas les oublier, une manifestation –c'était au mois d'août
dernier- en faveur des Pussy Riot .

Russie d'aujourd'hui
et de demain. La plus jeune parlementaire russe a 27 ans. Elle s'appelle Alena
Arshinova
.  L'ancien mannequin se réserve
pour d'autres défilés.

 

 

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.