Petite histoire de festivals, France info

Le jour où la météo a tout gâché ou presque

Dans "Petite Histoire de Festivals", Yann Bertrand vous raconte les anecdotes, les moments forts de ces petits et grands événements qui n'auront pas lieu cet été ou en tout cas, pas dans leur forme initiale… Aujourd'hui, retour sur une édition très agitée du festival Reggae Sun Ska, dans le Médoc.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le public du Reggae Sun Ska festival, lors du concert de Toots and the Maytals, le 4 août 2017.
Le public du Reggae Sun Ska festival, lors du concert de Toots and the Maytals, le 4 août 2017. (BONNAUD GUILLAUME / MAXPPP)

Cette année, c’est du sérieux pour le Reggae Sun Ska. À Pauillac, sur les rives de la Gironde, près de 90 000 personnes sont attendues, un cap va être franchi. Mais dans la nuit du vendredi au samedi 27 juillet 2013, les chapiteaux et les bungalows montés sur le site, à une semaine de l’ouverture, sont soufflés par un phénomène rarissime : une tornade.

Fred Lachaize, le directeur du festival, se souvient de cette édition bien particulière. "On a eu, à ce moment-là, un très très bon réflexe de notre régisseur général, qui a réussi à centraliser toutes les personnes dans un seul endroit. Il y avait une trentaine de personnes qui dormait sur site et on a eu aucun blessé", se rappelle-t-il encore avec soulagement. Un miracle, mais la tenue de l’événement est plus que jamais remise en cause.

Les dégâts étaient extrêmement conséquents. Du jamais vu sur un festival comme celui-là. On avait cinq jours et cinq nuits pour trouver des solutions.

Fred Lachaize

à franceinfo

"On s'est retrouvé avec un élan de solidarité de la part des festivaliers, des bénévoles, d'entreprises du coin… Tout le monde s'est activé et est arrivé avec des tronçonneuses et des engins de chantier pour remettre en état ce site." Et ça marche ! Le vendredi matin suivant, les festivaliers sont déjà là, ils attendent notamment la légende jamaïcaine U-Roy à l’affiche le soir même, la commission de sécurité va donner son feu vert.

Tout est en ordre sur le site mais "nous avons reçu un appel du préfet qui nous dit : 'Attendez, j'arrive en hélicoptère !' Quand il arrive, il nous annonce que le festival n'ouvrirait pas ses portes, parce qu'il y avait une nouvelle alerte orange, explique l'organisateur. À ce moment-là, il y avait 16 000 festivaliers présents. Une grande douche froide même si le festival s'est bien déroulé sur les deux autres jours."

Les seuls à avoir joué finalement, c'est Trio qui ont joué dans un camion Volkswagen pour une dizaine de festivaliers.

Fred Lachaize

à franceinfo

Un vendredi noir et un manque à gagner important pour le Reggae Sun Ska, qui se délocalisera à Bordeaux l’année suivante. Deux jours au lieu de trois, un moindre mal, et un apprentissage à la dure. Les fans de reggae ont quand même eu de quoi se contenter cette année-là, avec Steel Pulse sur scène notamment… Et le Reggae Sun Ska de s’imposer un peu plus comme l’une des références du genre en France.

Le public du Reggae Sun Ska festival, lors du concert de Toots and the Maytals, le 4 août 2017.
Le public du Reggae Sun Ska festival, lors du concert de Toots and the Maytals, le 4 août 2017. (BONNAUD GUILLAUME / MAXPPP)