Cet article date de plus de huit ans.

J.A. Granjon/Vente-privée.com : "La France est fantastique pour créer une entreprise, après tout devient plus lourd"

écouter (15min)
Jacques-Antoine Granjon, PDG et fondateur de vente-privée.com, se lance cette semaine  dans la distribution de produits du terroir avec Miam-Miam.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Acteur clé de la vente en ligne en France avec Venteprivee.com, Jacques-Antoine Granjon se lance dans une nouvelle aventure : la vente en ligne de produits du terroir. Une nouvelle offre pour ce site de déstockage
en ligne qui se revendique premier magasin de France. Vente privée compte trois
millions de visiteurs uniques chaque jour, expédie 75.000 colis quotidiens et
vise 1,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires cette année.

Après les produits de marque, les voyages ou les billets de
spectacles, il s'agit de mettre en avant "un petit producteur régional qui
n'est pas connu, et de le faire rayonner grâce à la puissance du média digital
" explique Jacques-Antoine Granjon.

Tout en se pliant à la règle de vente-privée.com : les
produits y sont toujours présentés à prix cassés. "Plus on décote, plus on en
vend
", explique le PDG du site. Il faut que le producteur adapte le prix qu'on
va proposer avec la marge de Vente-privée, 
à un taux d'écoulement qui va lui être convenable
."

Entreprendre en France ?

"L'écosystème est fantastique
pour créer des affaires
, assure Jacques
Antoine Granjon. Après tout devient plus lourd, les charges, la rigidité pèsent
sur les entreprises
."

 

Le fondateur d'une des plus belles réussites de la net
économie française plaide pour une fiscalité plus favorable notamment pour que "les talents " restent en France  mais
aussi pour que les entreprises prennent confiance et se développent : " C'est
comme l'équipe de basket qui a gagné la coupe d'Europe, si vous aviez mis 10 kg
sur le dos de chaque joueur, elle aurait peut être gagné, mais cela aurait été plus
dur
."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.