Patron, chef d'entreprise, France info

Discours de Jean Castex : la déception de Force Ouvrière, la satisfaction du Medef

Le Premier ministre doit rencontrer vendredi l'ensemble des partenaires sociaux pour élaborer un calendrier de discussions concernant les prochains chantiers du gouvernement.

Ambiance à l\' Assemblee Nationale lors de la declaration de politique generale du Premier Ministre Jean Castex, le 15 juillet 2020.
Ambiance à l' Assemblee Nationale lors de la declaration de politique generale du Premier Ministre Jean Castex, le 15 juillet 2020. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

"Le Premier ministre n’a pas fait beaucoup plus d’annonces que le  président de la République hier", a réagi Michel Beaugas, secrétaire confédéral de Force ouvrière en charge de l’emploi et des retraites, sur franceinfo mercredi 15 juillet après le discours de politique générale du Premier ministre.

"Pas le moment de discuter" de la réforme des retraites

Selon lui, Jean Castex "a renvoyé pour beaucoup à la réunion de vendredi prochain" dans le cadre de la conférence du dialogue social. La question de la réforme de l’assurance chômage y sera notamment évoquée.

Michel Beaugas a salué la priorité donné à l’emploi des jeunes : "C’est un chantier sur lequel, bien évidemment, nous allons nous investir", a-t-il expliqué même s’il redoute que les baisses de charges donnent lieu à des "effets d’aubaine". Sur la question des retraites, selon M. Beaugas, "ce n'est pas le moment de discuter de tout ça". Il a rappelé aussi que FO est opposé depuis le début à cette réforme.

Réforme de l'assurance chômage : satisfecit du Medef

Du côté du Medef, son président délégué Patrick Martin salue sur franceinfo la "détermination" du Premier ministre Jean Castex. Il note "une simplicité dans la formulation qui est de bonne augure. Il est important que tous nous comprenions quelles sont les attentes, les projets et les démarches du gouvernement"

Pour Patrick Martin, la volonté affichée par le Premier ministre de réaménager la réforme de l'assurance chômage est également un bon signe envoyé. "C'est ce qu'il faut faire parce qu'on est dans un contexte complètement inédit, qui n'est plus du tout celui de l'époque où cette réforme a été arrêtée par le gouvernement."

Pour autant, le Medef considère "qu'il ne faut pas revenir sur toutes les composantes, et en particulier sur ce qui aurait dû permettre de remettre en cause la permitence, c'est-à-dire la possibilité d'alterner périodes de chômage et périodes de travail en étant au final mieux rémunérés que des collègues au travail en permanence".

L'allocation de rentrée scolaire revalorisée, "une très bonne nouvelle"

En revanche, l’annonce par le Premier ministre de la revalorisation exceptionnelle de 100 euros par enfant de l’allocation de rentrée scolaire a été saluée par l'association Familles rurales. C'est une "très bonne nouvelle", a réagi sur franceinfo, Dominique Marmier, le président de la fédération nationale. Selon M. Marmier, dans le contexte de crise économique.

C'était très important dans une situation où les familles, surtout celles en situation de faibles revenus, ont tendance à perdre du pouvoir d'achat.Dominique Marmier, président de Familles ruralesà franceinfo

Le président de Familles rurales espère que la hausse de l’allocation scolaire et l’instauration des repas à un euro pour les étudiants boursiers “s’inscrivent dans la durée”. Selon lui, ces mesures doivent être "pérennisées" "dans une politique familiale beaucoup plus ambitieuse" que l’actuelle.