On s'y emploie, France info

On s'y emploie. Réseaux sociaux : attention à ne pas trop en dire

Quand on cherche du travail, mieux vaut ne pas trop en dire sur soi. Sur les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin, un profil court est plus efficace qu'une biographie trop longue et détaillée. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Réseaux sociaux : attention à ne pas trop mélanger aspects professionnels et vie privée, surtout si vous recherchez un emploi.
Réseaux sociaux : attention à ne pas trop mélanger aspects professionnels et vie privée, surtout si vous recherchez un emploi. (PICTURE ALLIANCE / SVEN SIMON)

Jean Pralong est directeur de la chaire "Compétences, employabilité et décision RH", à l'École de management Normandie à Paris. Sur Linkedin, ou sur d'autres réseaux sociaux, on a tendance à s'affranchir des règles en vigueur pour le CV, et à tout détailler. C'est ce que démontre une étude menée par ce chercheur. 

franceinfo : Vous démontrez que s'affranchir de certaines règles en vigueur, cela a des effets pervers. Lesquels ?

Jean Pralong : La tendance à rajouter plein d'informations fait déborder l'information de la sphère professionnelle à la sphère personnelle, et mentionner qu'on est membre d'un club de foot, ou d'un club de joueur de jeux vidéos, active des stéréotypes, et ça amène des jugements qui ne sont pas ceux que les candidats voulaient.

Les recruteurs ne sont pas formés pour éviter les stéréotypes ?

Oui, mais ils manquent de temps, pour lire des profils, ils ont la pression, et même s'ils sont plutôt de bonne volonté et désireux de bien faire, ils sont tentés d'aller vers une information qui leur paraît simple et efficace, et notamment les stéréotypes qui sont activés par ces informations extra professionnelles.

Comment ça marche les stéréotypes ?

Ce sont des outils très pratiques pour gagner du temps. Ça sert à lire plus vite et à avoir une information plus rapide. On ne peut pas s'intéresser à tout, tout le temps, on a une bande passante intellectuelle qui est limitée. Les stéréotypes, c'est une façon de résumer l'information.

Qu'est-ce que vous conseillez de mettre sur un profil ?

Il faut résister à la tentation de parler de soi de façon trop générale. L'information utile, c'est celle qui aide le recruteur à prendre une décision de façon rationnelle : est-ce que cette personne va pouvoir réussir dans le poste. Il faut donc parler de compétences transférables, dire : j'ai fait ça dans tel contexte et je peux transférer ces compétences dans un autre contexte. Il faut aussi résister à tout détailler. Ce qu'on a fait il y a 10 ou 15 ans c'est un petit peu trop vieux, donc ce qui est important, c'est ce qu'on a fait récemment en des termes très précis, avec des réalisations concrètes.

Il faut donc faire avec un profil, exactement ce qu'on fait avec un CV : tout faire tenir sur une page ?

Oui, plus le recruteur doit descendre, scroller, fouiller, trier l'information, plus ça lui prend du temps, plus c'est anxiogène pour lui. Il faut lui fournir des informations simples.

Et comment faut-il intituler son profil ?

C'est un vrai problème. On a appris au candidat à faire un CV en fonction de l'annonce. Le profil sur les réseaux sociaux, il est généraliste. Il est censé plaire à tout le monde. Il faut donc résister à la tentation de faire trop précis. Il faut un titre généraliste qui cible le poste auquel on peut prétendre et ensuite des réalisations concrètes.

Réseaux sociaux : attention à ne pas trop mélanger aspects professionnels et vie privée, surtout si vous recherchez un emploi.
Réseaux sociaux : attention à ne pas trop mélanger aspects professionnels et vie privée, surtout si vous recherchez un emploi. (PICTURE ALLIANCE / SVEN SIMON)