On ne pouvait pas le rater, France info

Pour son premier cours de pilotage, il doit atterrir tout seul

Un scénario digne d'Hollywood en Australie, qui prouve que l'important ce n'est pas la chute, c'est l'atterrissage.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un pilote aux commandes d\'un avion de tourisme au-dessus de l\'aéroport de Nantes, le 16 mai 2019
Un pilote aux commandes d'un avion de tourisme au-dessus de l'aéroport de Nantes, le 16 mai 2019 (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

Notre héros du jour s'appelle Max Sylvester. Il a une trentaine d'années et cet après-midi là, il prend son premier cours de pilotage avec un instructeur sur un biplace, un tout petit avion. Sa femme et ses enfants assistent à la leçon depuis la terre ferme. Tout se passe bien, tout le monde est heureux. Et puis, une heure plus tard, Max lance un appel de détresse. Rien ne va plus.  

Le jeune élève seul aux commandes à 1 900 m d'altitude 

L'instructeur vient de s'évanouir et ne se réveille pas. Max est donc seul aux commandes de l'avion à 1 900 m d'altitude, alors que c'est son premier cours sur ce type d'appareil. La conversation avec les contrôleurs va durer 25 minutes. Avec sang-froid, Max explique qu'il ne sait absolument pas faire atterrir cet avion. Un contrôleur va alors le guider, pas à pas, l'encourager étape par étape. L'échange est absolument incroyable. Max doit stabiliser ses ailes, suivre son radar et réduire sa vitesse.

"Bravo, tu l'as fait !"

La coopération fonctionne et finalement, au bout de plusieurs minutes interminables, après avoir tourné plusieurs fois autour de l'aéroport, Max arrive à poser l'avion sans dommages. 
"Bravo, c'est parfait, tu l'as fait mon pote !" exulte le contrôleur aérien. L'instructeur est dans un état stable, il a été transporté à l'hôpital. Max a reçu avec les félicitations son premier certificat de vol en solo, de la part d'Air Australia International.

Un pilote aux commandes d\'un avion de tourisme au-dessus de l\'aéroport de Nantes, le 16 mai 2019
Un pilote aux commandes d'un avion de tourisme au-dessus de l'aéroport de Nantes, le 16 mai 2019 (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)