Cet article date de plus de deux ans.

On ne pouvait pas le rater. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Le Premier ministre Jean Castex était l'invité du JT de 20h de France 2 ce lundi 10 janvier, pour annoncer un nouvel assouplissement du protocole sanitaire à l'école. Avec des tournures de phrases pas toujours évidentes... Ça n'a pas échappé à Olivia Leray.

Article rédigé par franceinfo - Olivia Leray
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Le Premier ministre Jean Castex au JT de 20h de France 2, le 10 janvier 2022.  (CAPTURE ECRAN FRANCE 2)

Et oui, lundi soir, le 10 janvier, j'ai regardé le 20 Heures. Oui, parce que tout le monde m'a dit "Ouais, t'as vu ce qu'ils ont fait au 20h de TF1 dimanche, c'était énorme, hyper émouvant, hyper bien pensé..."

Stromae, génial. Du coup, moi, je me suis dit, ça va être comme ça toute la semaine. C'est la fête du 20h sur n'importe quelle chaîne, il va se passer quelque chose. J'ai donc allumé le 20 Heures de france 2 lundi soir.

 

Et évidemment, Jean Castex n'a pas chanté... Et là vous me dites que c'est la définition même du changement d'ambiance. Et je vous dis non, c'était aussi un très, très grand moment de télévision, ce 112e nouveau protocole pour empêcher les parents de péter un câble dans les files d'attente des pharmacies...

En plus, le Premier ministre promet de la simplification, alors je vous ai trouvé la phrase la plus simple du monde, prononcée aux alentours de 20h10 : "J'ai demandé aux autorités scientifiques la possibilité que nous avons donc décidé que je vous annonce en réalité de pouvoir recourir à trois autotests." 

Alors là... C'est la phrase la plus compliquée de 2022 pour dire un truc simple, parce que, tout ça enchaîné, c'est quand même tres fort. Mais enfin, l'annonce la plus importante du Premier ministre n'était en fait pas vraiment sur l'école : "On sait bien que quand on est cas contact, on ne risque rien"Et alors là, vous voyez, j'avais raison... C'était vraiment un grand moment de télé hier soir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.