On ne pouvait pas le rater, France info

On ne pouvait pas le rater. Nos élus ont du talent !

Certains maires prennent des arrêtés municipaux étonnants. Comme interdire de mourir ou réclamer de ses administrés d'être toujours joyeux...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La facade de la mairie de Louversey (Eure). Photo d\'illustration.
La facade de la mairie de Louversey (Eure). Photo d'illustration. (LAURENT PHILIPPOT / FRANCE-BLEU HAUTE-NORMANDIE / RADIO FRANCE)

Bienvenue dans le grand concours des maires de France ! L'information nous avait été cachée depuis des années. Désormais, elle nous saute aux yeux : pendant que nous vivons tranquillement notre vie, les élus, eux, sont en mode compétition. Ils se disputent l'arrêté municipal le plus bizarre de France. Et on en a encore eu la preuve cette semaine : pas plus tard que jeudi 19 septembre, le maire des Essarts en Bocage, en Vendée, a réclamé de la joie à ses 9 000 habitants. L’arrêté municipal est très précis : bonne humeur obligatoire sur la ville du 5 au 11 octobre entre 8 heures et 22 heures et faire sourire au moins 10 personnes dans la journée. Evidemment, pas de contravention, ni de punition, si vous faites la tête.

Une ville du Maine-et-Loire interdite aux moustiques

2018 à Briollay, le maire prend un arrêté pour interdire les moustiques sur sa commune : ils n'ont plus le droit d'y entrer. Évidemment, cela a fonctionné et ils ont tous fait demi-tour depuis... On a aussi essayé d’arrêter les gens torse nus cette semaine à Villefranche-de-Rouergue dans l'Aveyron, une ville qui est quand même à des kilomètres et des kilomètres de la plage. Visiblement, les gens aiment se balader sans tee-shirt. Toujours dans le Sud-Ouest, on a également voulu stopper la pluie l'an dernier à Challans, en Vendée. L’arrêté imposait au soleil de se présenter, je cite, tous les matins du lundi au dimanche dans la ville.

Pour finir, à Cugneaux en Haute-Garonne, interdiction absolue pour les habitants de... mourir. Évidemment, à chaque fois, les élus veulent attirer l'attention sur une situation urgente : par exemple à Cugneaux, il n'y avait tout simplement plus de places au cimetière. Le document précise quand même : "Les contrevenants seront sévèrement sanctionnés pour leurs actes." Nos élus ont donc du talent, et beaucoup d'humour aussi.

La facade de la mairie de Louversey (Eure). Photo d\'illustration.
La facade de la mairie de Louversey (Eure). Photo d'illustration. (LAURENT PHILIPPOT / FRANCE-BLEU HAUTE-NORMANDIE / RADIO FRANCE)