On ne pouvait pas le rater, France info

On ne pouvait pas le rater. Nelson Monfort en pleine forme à Doha

Bienvenue aux Championnats du monde d'athlétisme à Doha où le commentateur Nelson Monfort a fait mercredi une "Nelsonade" dont il a le secret.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nelson Monfort, journaliste sportif aux Jeux Olympiques de Rio (Brésil), le 13 août 2016.
Nelson Monfort, journaliste sportif aux Jeux Olympiques de Rio (Brésil), le 13 août 2016. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Outre les conditions dantesques, à savoir la chaleur, 40 degrés, et l'humidité, à Doha, aux Championnats du monde d'athlétisme, il y a aussi et surtout Nelson Monfort. On ne présente plus le journaliste polyglotte de France Télévisions. Mercredi soir, il a encore frappé : Pascal Martinot Lagarde vient de dérocher la médaille de bronze sur 110 m haies, il est aux côtés du Russe Sergey Shubenkof en argent et donc au micro de Nelson Monfort. Discussion sympa entre deux médaillés. Problème, quand Nelson Monfort se tourne pour interroger notre Français, il continue sa discussion en anglais. "Ah ben nous on peut parler français", c'est ce qu'il dit quand il s'en aperçoit. Les autres journalistes de France TV sont en fous rires.

Cette petite "Nelsonade" m'a donné envie de me remémorer les meilleurs moments du journaliste. Tout le monde se souvient il y a cinq ans alors que Nelson Monfort traduit les propos d'Usain Bolt aux Championnats d'Europe d'athlétisme. Usain Bolt fait un "big up" à son sponsor Puma qui est pour lui comme une famille.Traduction de Nelson Monfort : "Je veux fonder une famille". En 1995 L'américain Mickael Chang perd en finale de Roland-Garros. Il remercie "Jesus", Nelson Monfort entend "Luigi". 

Des traductions approximatives et des maladresses, comme en 2013, lorsqu'il révèle la date du mariage de Camille Lacourt : le 17 août, date qui devait rester secrète. Et puis il y a aussi en 1996, où Michael Johnson est titré sur 200 m. Sauf que la traduction de Nelson Monfort est interminable. Résultat, l'Americain s'en va. Il en avait marre d'attendre.

Nelson Monfort, journaliste sportif aux Jeux Olympiques de Rio (Brésil), le 13 août 2016.
Nelson Monfort, journaliste sportif aux Jeux Olympiques de Rio (Brésil), le 13 août 2016. (FABRICE COFFRINI / AFP)