On ne pouvait pas le rater, France info

Les motards du Tour de France pour suivre les étapes de A à Z

Le Tour de France, c'est bien entendu des coureurs. Et parmi les suiveurs figurent en bonne place les motos de presse. Ça ne pouvait échapper à Olivia Leray.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un motard du Tour de France à Montpellier (Hérault), le 13 juillet 2016. Photo d\'illustration. 
Un motard du Tour de France à Montpellier (Hérault), le 13 juillet 2016. Photo d'illustration.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"On ne pouvait pas le rater" au cœur de la course sur une moto ce mardi 13 juillet. Je vous emmène en course avec Romain. C’est son troisième Tour de France en tant que moto presse pour Amaury sport organisation (ASO) qui organise le Tour de France.

Le rôle de Romain est d’emmener les journalistes sur sa moto pour qu’ils prennent des photos, qu’ils tournent des images, qu’ils soient au cœur de l’action. Cinq minutes avant le départ réel des coureurs, c’est parti. "Tu as l'impression que c'est comme un médicament. Les gens sont tous heureux. Ils ont le sourire. Tu passes et il n'y a pas de gens qui sont en colère, qui font la gueule. Tu viens là, tu te prends une bonne dose de bonne humeur, c'est agréable." souligne Romain.

Il faut prendre de l'avance. Le but, sur des étapes de montagne comme aujourd’hui, c’est de se mettre derrière l’échappée pour voir les coureurs au plus près. À partir d’une minute entre l’échappée et le peloton, les motos-presse ont le droit de s'intercaler. 

Comme Romain, deux autres motards presse du tour partiront tout à l’heure avec de nouveaux journalistes pour vous faire vivre en photo, en vidéo ou à la radio le Tour de France, au plus prés.  

Un motard du Tour de France à Montpellier (Hérault), le 13 juillet 2016. Photo d\'illustration. 
Un motard du Tour de France à Montpellier (Hérault), le 13 juillet 2016. Photo d'illustration.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)