On ne pouvait pas le rater, France info

Dur dur d'être Premier ministre...

Sur tous les fronts, en campagne au Havre et au premier plan dans la crise sanitaire, la Premier ministre semble bien fatigué. Hier, Edouard Philippe a laissé échapper un petit "merde" devant les députés, ni vu ni connu...

Edouard Philippe lors des questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale, le 16 juin 2020.
Edouard Philippe lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, le 16 juin 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Dur dur d'être Premier ministre et qui plus est, un Premier ministre en campagne pour la mairie du Havre puisque je vous rappelle qu’Edouard Philippe est arrivé en tête au premier tour avec 43,6% des voix. Hier, il a relancé sa campagne et le soir un journaliste de France 3 normandie lui a posé cette question : "Comment on fait campagne au Havre tout en gérant les affaires du gouvernement et encore plus dans cette situation de crise sanitaire ?"

Ben oui comment on fait ? Et bien, on est crevé tout bonnement et on se lâche. Exemple un peu plus tôt dans l'après-midi à l'Assemblée quand le Premier ministre a rendu hommage à la député Les Républicains Valérie Lacroute, ancienne consoeur. "Écoutez, j'ai quand même le droit de dire à Madame la députée que pendantcinq5 ans nous avons siégé ensemble et que j'en conserve un excellent souvenir, quand même... Merde !"

D'autres signes de fatigue

Evidemment, il y a d’autres signes que certains interprètent comme de la fatigue visible sur le Premier ministre, comme sa barbe qui a blanchi depuis quelques mois. Certains s’en amusent. Mais cette fatigue ne date pas d’hier, en témoignent les lapsus d’Edouard Philippe. Le plus célèbre, il y a deux ans lors du lancement de l’organisation de la coupe du monde de rugby 2023 : Edouard Philippe dit alors "sucer" au lieu de "susciter". Lapsus répété mot pour mot quelques mois plus tard. Finalement Edouard Philippe a décidé d’en rire et se justifie : "Mettez ça sur le compte de l'émotion". Émotion ou fatigue, nul doute qu’on aura d’autres lapsus à venir pendant cette campagne pour la mairie du Havre du Premier ministre.

 

Edouard Philippe lors des questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale, le 16 juin 2020.
Edouard Philippe lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, le 16 juin 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)