Covid-19 : il faut vivre la terrassothérapie !

écouter (3min)

Le mercredi 19 mai était la date à retenir du déconfinement avec la réouverture des lieux culturels et la réouverture des terrasses. Des lieux pris d'assaut. Et ça n'a pas échappé à Olivia Leray.

Article rédigé par
Olivia Leray - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les terrasses bondées à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), le 19 mai 2021. (ANTHONY MICHEL / FRANCE-BLEU PAYS BASQUE / RADIO FRANCE)

Je ne sais pas si vous avez vécu ce phénomène de déconfinement, mercredi 19 mai, mais je pense que oui. Hier, on s'est tous littéralement transformés simplement en s'asseyant dehors sur une chaise, totalement incroyable ! Un monsieur sur TF1 a appelé ça : "La terrassothérapie".

La terrassotérapie sera certainement dans le Larousse 2052, on va essayer de créer la définition ensemble : en fait c'est être tellement heureux qu'on en devient un peu... beauf ! Non, mais c'est vrai, nous y sommes tous passés, hier. Quand on s'est assis en terrasse, on a tous fait ça : d'abord, le petit souffle de satisfaction, ensuite la phrase que l'on n'aurait jamais prononcée avant comme dire à la serveuse : "Pas de souci pour l'attente, on a attendu six mois, on peut bien attendre cinq minutes !"

Autre critère indéniable de la terrassothérapie, c'est quand même le double menton. À savoir des gens qui essayent de prendre leur plat et/ou leur cocktail en photo, tu dois donc mettre ton appareil au-dessus du plat, du coup tu fais une espèce de mouvement crispé et paf : double menton...

Et puis, dernière astérisque pour la définition de la terrassothérapie, c'est encore et toujours faire des trucs bizarres comme boire une bière sous la pluie. Mais vous savez quoi ? Moi je l'aime bien la terrassothérapie, et ce qui est super cool, c'est qu'on a le droit de recommencer tout ça aujourd'hui !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.