Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Les coordonnées des clients de bars anglais collectées contre le Covid-19 réutilisées à des fins publicitaires

Lutter contre l'épidémie de Covid-19, c’est bien, mais en profiter pour faire du marketing, c’est plus discutable. Une affaire commence à faire scandale outre-Manche.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
En Angleterre comme en France et ici à Reims, les clients sont invités à laisser leurs coordonnées.
En Angleterre comme en France et ici à Reims, les clients sont invités à laisser leurs coordonnées. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

En Grande-Bretagne comme en France, les clients des bars et des restaurants sont invités à laisser leurs nom, prénom et numéro de téléphone dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Ça doit permettre aux autorités de santé de contacter les personnes en cas de contamination.

Sauf qu'en Grande Bretagne, des sociétés privées ont flairé le bon plan et proposent aux professionnels des services dématérialisés pour remplacer la feuille de papier et le stylo, utilisés jusqu’à présent. Les clients sont invités à s’enregistrer directement avec leurs smartphones. Ce service, plus rapide et qui évite une corvée aux commerçant, est proposé notamment la société Pub Track and Trace (PUBTT). Selon une enquête du Times, ces entreprises revendraient les données collectées à d'autres entreprises de marketing, bien loin de la lutte contre le Covid-19. Les clients risquent alors de se retrouver bombardés de publicités ou même enregistrés dans des fichiers dont des pirates pourraient tenter de s’emparer pour les revendre au marché noir.

Pas (encore) le cas en France

En France, il semble que l'on en reste pour l’instant à des listes manuelles sur papier. Le fait de proposer un enregistrement en ligne paraît pourtant être une bonne idée, sur le principe. Les pratiques commerciales contestables de certaines sociétés sont rendues possibles par le fait que les clients ont tendance à cocher un peu vite les petites cases correspondant aux conditions générales et à accepter, sans le savoir, une exploitation commerciale de leurs données. L’une des entreprises épinglées par le Times, spécialisée dans la consultation de menus et la commande de repas sans contact, indique qu’elle conserve les données pendant 25 ans.

Tout ça n’a rien à voir avec le fait de scanner un QR avec une application officielle, comme c’est le cas en Angleterre avec l’application NHS Covid-19. En France, lorsque sortira la nouvelle application StopCovid le 22 octobre, il est question de mettre des QR dans les commerces, mais ce serait uniquement pour inviter à télécharger l’application, pas pour transmettre des données personnelles.

En Angleterre comme en France et ici à Reims, les clients sont invités à laisser leurs coordonnées.
En Angleterre comme en France et ici à Reims, les clients sont invités à laisser leurs coordonnées. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)