Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Le mode confidentiel du navigateur Chrome ne serait pas si confidentiel... Des utilisateurs américains attaquent Google

Compte-tenu du nombre d’utilisateurs concernés qui utilisent le navigateur Chrome les dédommagements réclamés à Google pourraient se chiffrer en milliards de dollars.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'application Chrome sur un smartphone.
L'application Chrome sur un smartphone. (SASCHA STEINBACH / EPA)

Le géant Google est menacé d’un procès à 5 milliards de dollars pour des questions de vie privée. Cela concerne le navigateur Chrome. Celui-ci n’offrirait pas la confidentialité promise lorsqu'on utilise le mode "navigation privée".

Le mode "navigation privée" du navigateur Chrome  – qui appartient à Google – permet, en principe, de consulter des sites web en toute confidentialité. Cette fonction permet de ne pas laisser de trace, par exemple, si l’on recherche des produits sur internet mais que l’on ne veut pas être bombardé ensuite de publicités ciblées ou encore si l’on utilise un ordinateur qui ne nous appartient pas et que l’on ne souhaite pas laisser de traces des sites consultés.

Cependant, des utilisateurs américains, emmenés par des avocats, viennent de se regrouper pour entamer une class action, une action de groupe en justice, contre Google. Ils affirment qu’en mode privé, Google continue de collecter des données qui sont utilisées pour la publicité. 

Confidentialité limitée

Selon Google, tout cela est connu est clairement annoncé. Lorsque l’on ouvre une fenêtre de navigation privée, ce qui n’est pas enregistré c’est l’historique des sites web consultés et les traces de connexion (cookies). En revanche, il est bien précisé : "Votre activité peut rester visible par les sites web que vous consultez, votre employeur ou votre établissement scolaire, votre fournisseur d’accès à internet". À noter que c’est la même chose avec d’autres navigateurs, comme Firefox et il en va ainsi aussi bien sur ordinateur que sur smartphone.

Dans cette affaire, les avocats estiment que Chrome évoque bien les sites web et les fournisseurs d’accès mais il omet de préciser que Google aussi collecte des données. C’est là-dessus que va se jouer l’affaire.

Le mérite de cette affaire est de rappeler ce qu’il en est exactement lorsque l’on croit naviguer sur le web en mode de confidentialité. Si l’on souhaite être complètement invisible, il faut utiliser des outils plus sophistiqués, comme le navigateur Tor ou un VPN (réseau privé virtuel).

L\'application Chrome sur un smartphone.
L'application Chrome sur un smartphone. (SASCHA STEINBACH / EPA)