Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Le logiciel libre VLC reconnu et récompensé par la République

Jean-Baptiste Kempf, le responsable du programme mondialement connu VLC est cité à l’ordre national du Mérite.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Copie d\'écran du player VLC
Copie d'écran du player VLC (VLC)

Né à l’Ecole Centrale de Paris, VLC (VideoLan Client) permet de regarder des vidéos numériques quel que soit leur format de compression. Il est l’œuvre de plusieurs bénévoles qui travaillent depuis des années au sein de l’association VLC. Son président, Jean-Baptiste Kempf, reçoit aujourd’hui le titre de Chevalier de l’Ordre National du Mérite (de même le hacker français Gaël Musquet, à l'origine de l'association humanitaire Hand).

C’est une reconnaissance inattendue pour ce logiciel libre qui illustre, depuis des années, la guerre contre les protocoles techniques propriétaires.

Pourquoi cette consécration ?

Jean-Baptiste Kempf : VLC est le logiciel français le plus utilisé au monde. Il a été très connu car il permet de lire tous les formats vidéo, quel que soit le codec utilisé. Par exemple, pendant très longtemps, il était le seul outil permettant de lire des DVD sur un Mac. Certains, c’est vrai, l’utilisent également pour regarder des contenus piratés. Mais les chaînes de radio ou de télé l’utilisent également.

Comment gagnez-vous de l’argent ?

Jean-Baptiste Kempf : VLC ne rapporte pas d’argent. Il n’y a pas de publicité, pas de captation de données, pas de business model.

Où en est la guerre entre logiciels libres et logiciels propriétaires ?

Jean-Baptiste Kempf : La guerre est finie. Les logiciels libres ont gagné. Aujourd’hui, les prix des logiciels ont tellement baissé que l’on n’achète plus de logiciels. On paye parfois des abonnements. Les business models ont changé.

Copie d\'écran du player VLC
Copie d'écran du player VLC (VLC)