Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Google veut être "plus utile pour tous"

À l'occasion de sa conférence annuelle "Google I/O" en Californie, l'entreprise a présenté des innovations allant dans un sens plus "responsable" et "plus utile pour tout le monde".  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le patron de Google, Sundar Pichaï, lors d\'une keynote à Mountain View (Californie), le 7 mai 2019.
Le patron de Google, Sundar Pichaï, lors d'une keynote à Mountain View (Californie), le 7 mai 2019. (JOSH EDELSON / AFP)

Un nouveau smartphone (le Pixel 3a/3aXL), un nouvel assistant vocal avec écran (les Nest Hub et Nest Hub max) et une nouvelle version d’Android (Android Q) ont été présentés mardi 7 mai à Mountain View à l'occasion de la conférence Google I/O. Mais ce que l'on retiendra le plus, c'est le plaidoyer du PDG, Sundar Pichaï, en faveur d’un Google "responsable" et "plus utile pour tout le monde" (détaillé ici dans un billet de blog).

Du numérique "inclusif" respectueux de la vie privée ? On n'est pas habitué à entendre cela du côté de Google. Pourtant, le géant américain semble bien décidé à se forger une nouvelle image.

Des fonctions contre les handicaps

Exemple, en matière d’intelligence artificielle avec un système (Google Go) qui permettra de prendre en photo un menu dans un restaurant ou des panneaux dans la rue et d’avoir immédiatement une traduction ou une lecture à voix haute de ce qui est écrit. Une fonction pratique notamment pour les personnes mal voyantes.

Google a également mis au point une technologie de sous-titres automatiques à la volée (comme sur YouTube) pour n’importe quelle vidéo qui permettra de regarder des vidéos sans le son (par exemple, dans les transports) et rendra service aux personnes sourdes. Plusieurs annonces en faveur des personnes handicapées ont été faites. Le message de Google : de l’IA pour le plus grand nombre.

Respect de la vie privée

En matière de vie privée, il y aura bientôt un mode incognito dans Google Maps que l’on pourra activer si l’on ne veut pas que Google sache où on va. On va aussi pouvoir effacer facilement son historique de recherche.

Le respect de la vie privé n'a jamais été le fort de Google jusqu'à maintenant. Pourquoi un tel repositionnement ? On y devine plusieurs raisons. D’abord, c’est dans l’air du temps. Apple mais aussi Microsoft ou encore Facebook parlent de plus en plus de vie privée. Les actions des Européens sur ces questions n’y sont sans doute pas pour rien (cf. RGPD). Ensuite, les nouveaux produits, comme les smartphones, intéressent moins les consommateurs et il faut donc "raconter de nouvelles histoires". Enfin, il y a un enjeu économique : les Gafa ne pourront pas poursuivre leur extension s’ils n’intègrent pas les préoccupations liées à la vie privée qui devient, de plus en plus, un élément indispensable de confiance. Alors, faut-il croire Google quand il parle de vie privée ? Le problème c’est que l’exploitation des données, d’une part, est nécessaire pour rendre les services toujours plus performants et, d’autre part, constitue la base du modèle économique de Google (ou de Facebook). Il faudra donc plus que des déclarations d'intentions pour un véritable changement de cap. 

Le patron de Google, Sundar Pichaï, lors d\'une keynote à Mountain View (Californie), le 7 mai 2019.
Le patron de Google, Sundar Pichaï, lors d'une keynote à Mountain View (Californie), le 7 mai 2019. (JOSH EDELSON / AFP)