Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Comment les géants de la tech se mettent au vert

Google, Apple, Orange : les fabricants de produits numériques annoncent des efforts en matière d’environnement avec de nouveaux produits à base de matériaux recyclés et moins énergivores.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Google se met au vert. (Image d\'illustration)
Google se met au vert. (Image d'illustration) (GARETH DAVIES / GETTY IMAGES EUROPE)

Google a dévoilé mardi 15 octobre son nouveau smartphone Pixel 4 (doté de l’un des meilleurs appareils photo du marché et d’un système de reconnaissance gestuelle) ainsi que deux nouveaux assistants intelligents, Nest Mini (équipé d’une nouvelle puce dédiée à la reconnaissance vocale) et Nest Hub Max (avec un écran et une caméra désactivable). Des produits attendus. Mais ce que l’on retiendra surtout de la keynote ce sont les longues explications consacrées aux efforts de la marque en faveur de l’environnement.

Un tiers de bouteille plastique par appareil

Les assistants connectés Nest pour la maison sont désormais fabriqués à base de plastiques recyclés, explique Google. Notamment, le tissu qui recouvre le haut-parleur connecté Nest Mini provient de bouteilles plastique retraitées (un tiers de bouteille plastique par appareil). Le service de jeu en ligne Stadia, ce "Netflix du jeu vidéo", qui sera lancé le 19 novembre (c’est officiel depuis mardi) se veut lui aussi moins polluant, puisqu’il ne nécessite pas de console, juste une tablette un téléviseur et une manette elle aussi fabriquée en plastique recyclée.

Par ailleurs, les livraisons de produits Google sont désormais neutre en carbone à 100%, promet la marque, qui assure même avoir acheté en septembre la plus grosse quantité d’énergie renouvelable jamais acquise par une entreprise. Bref, Google lave "plus vert que vert" (et s’en explique ici).

Encore des efforts à faire

Mais peut-on vraiment avoir confiance dans ces affirmations ou bien s’agit-il seulement de "greenwashing" ? Évidemment, le bilan final n’est pas parfait.  D’abord, Google ne dit rien sur la durée de vie et la réparabilité de ses produits (même si son smartphone Pixel 3 sorti l’an dernier a été reconnu comme l’un des plus réparables du marché). Ensuite, comme le font remarquer des spécialistes de la durabilité des produits, les investissements faits dans les énergies renouvelables sont surtout destinés à compenser la consommation d’énergie "sale" qui reste nécessaire pour la fabrication de ces produits, toujours aussi nombreux. Sans compter que l’on reproche à Google de financer des organisations climato-sceptiques. En tout cas, la firme est soumise à une pression qui vient même de l’intérieur. Le 20 septembre dernier, des employés de Google ont signé un appel à prendre en compte de manière plus poussée la menace environnementale.

Ordinateurs et box Internet en matériaux recyclés

Google n’est pas le seul à faire des efforts. Apple est également engagé depuis longtemps dans le même combat. Par exemple, les nouveaux ordinateurs MacBook et Mac Mini sont fabriqués entièrement en aluminium recyclé. La marque à la pomme a développé une filière entière pour le recyclage, avec notamment son robot Daisy, capable de désassembler 1,2 million de téléphones iPhone par an. Même son de cloche du côté de l’opérateur français Orange qui vient de lancer sa nouvelle box Internet Livebox 5, entièrement en plastique recyclé, moins énergivore, avec une empreinte carbone réduite de presque 30%.

Le monde du numérique semble avoir compris qu’il avait aujourd’hui deux défis majeurs à relever : l'équation de la protection de la vie privée et la question environnementale.

Google se met au vert. (Image d\'illustration)
Google se met au vert. (Image d'illustration) (GARETH DAVIES / GETTY IMAGES EUROPE)