Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Avec quatre mois de retard, Paris allume la 5G vendredi 19 mars

Les opérateurs ouvrent vendredi 19 mars leurs émetteurs 5G dans la capitale, après un retard dû aux oppositions politiques.

Une antenne de relais téléphonique et le quartier d\'affaires de la Défense à Paris. Photo d\'illustration.
Une antenne de relais téléphonique et le quartier d'affaires de la Défense à Paris. Photo d'illustration. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

SFR, Orange, Bouygues Telecom et Free. Les quatre opérateurs télécoms appuient sur le bouton vendredi 19 mars pour activer la 5G à Paris. À raison de 80 sites par opérateur pour commencer, cela devrait permettre de couvrir environ 80% de la population.

Cela n’a pas été simple. La 5G a démarré en novembre dernier à Nice.
Mais, à Paris, comme dans d’autres villes telles que Lille, Grenoble ou Bordeaux, les élus écologistes ont fait barrage. Même si les municipalités n’ont juridiquement pas le pouvoir de s’opposer, tout le monde a donc préféré avancer prudemment. Pour déminer l’affaire politiquement, Anne Hidalgo a mis en place une convention citoyenne. Il y a eu des concessions, comme par exemple des puissances d’émissions réduites et un engagement des opérateurs sur le recyclage des terminaux mobiles. Mais cela a quand même retardé de quatre mois l’ouverture du réseau, faisant de Paris sans doute la seule capitale mondiale à bouder la nouvelle génération de télécommunications mobiles. De l’autre côté du périphérique, la 5G est pourtant disponible dans toutes les communes limitrophes depuis plusieurs mois.

5G pour quoi faire ?

La 5G, c’est la promesse de meilleurs débits. Mais, en réalité, le compte n’y est pas vraiment. Les mesures dans les villes déjà équipées sont assez décevantes. A Nice, par exemple, la 5G se révèle, par endroit, moins bonne ou à peine meilleure que la 4G, notamment sur les débits montants. Cela tient aux bandes de fréquences utilisées sur certains sites (700 Mhz au lieu de 3,5 Ghz) et aussi au fait que les cœurs de réseaux des opérateurs ne sont pas encore compatibles avec la nouvelle technologie. Ils devraient l’être d’ici un an ou deux.

Mais la promesse de la 5G c’est aussi une augmentation de la capacité du réseau, ce qui doit permettre de désengorger la 4G. Cela fait sens particulièrement dans une ville comme Paris qui est densément peuplée et où les connexions commencent à devenir difficiles par endroits. Enfin, la 5G, c’est la promesse de nouvelles applications technologiques et un facteur d’attractivité économique pour les entreprises dans la capitale.

Une antenne de relais téléphonique et le quartier d\'affaires de la Défense à Paris. Photo d\'illustration.
Une antenne de relais téléphonique et le quartier d'affaires de la Défense à Paris. Photo d'illustration. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)